sail-world.com
 
 
News Home Video Gallery Photo Gallery
Sail-World.com : Vendée Globe - Les mots de Bernard Stamm après son arrivée
Vendée Globe - Les mots de Bernard Stamm après son arrivée

'Arrivée de Bernard Stamm - 2012 Vendee Globe'    ThMartinez/Sea&Co ©

Vendée Globe - C'est hier soir, à 22h30, que Bernard Stamm en a fini avec son tour du monde en solitaire. 88 jours 10 heures 27 minutes et 10 secondes après son départ, il a retrouvé sa famille, son équipe, ses partenaires et l'enthousiasme du public vendéen. Malgré l'heure tardive, les Sablais n'ont pas manqué le rendez-vous attendu de si longue date par le skipper de Cheminées Poujoulat et sont venus saluer comme il se doit la première remontée du chenal de ce marin qui a définitivement marqué l'histoire du Vendée Globe de sa ténacité, de son engagement et de son honnêteté.

Après quelques heures de sommeil à terre, dans un vrai lit, le Suisse s'est prêté au jeu de la traditionnelle conférence de presse. Un moment tout à la fois drôle et émouvant, à son image. Un reflet de l'incroyable parcours qu'il a déroulé depuis le 10 novembre dernier. Morceaux choisis...

'Pour moi c'était logique de rentrer aux Sables d'Olonne. Qu'est-ce que je pouvais faire d'autre? Laisser le bateau, prendre un avion et demander à quelqu'un de le ramener? Impossible ! Et puis il y avait le projet Rivages et le fameux Mini Lab initié par la Fondation Sandoz et mené avec Océanopolis et l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Lui il a continué à faire des analyses d'eau, sur tout le parcours. Rien ne nous empêchait de mener ce projet là à bien. Il y a juste eu deux arrêts : un problème de soft et quand je n'avais plus de courant, il n'y en avait plus pour le Mini Lab non plus.

'Quand je suis repassé en tête dans l'Indien, c'est le jour où les problèmes se sont vraiment dégradés. Les premiers je l'ai ai eu dès le deuxième jour de course, quand l'hydrogénérateur s'est arraché de son support. Par contre là, j'avais des solutions de rechange parce j'avais encore du fuel. Je pouvais courir à peu près mais je repoussais le problème. Je savais qu'à un moment donné ça allait venir. J'ai essayé plein de trucs : restrater, solidifier le support... mais ça n'a pas marché.

'J'ai perdu 7 kilos. Je n'avais pas beaucoup de gras et là il n'y en a plus ! Comme je n'avais pas assez de gras, j'ai pris un peu de muscle là où ça ne servait pas pour en mettre où il y avait besoin. Mon souci de colonne de winch a puisé dans les réserves. Ce problème a rendu le bateau très dur. On a fait un entraînement physique avant, mais ce n'était pas adapté à la course que j'ai faite. C'était adapté à une course sans souci. C'est tout le problème de la préparation

Arrivée de Bernard Stamm - 2012 Vendee Globe -  ThMartinez-Sea&Co_©  
'Il y a un peu des deux. Mais il n'y a pas de fatalité dans ce qui arrive. On paie un peu les premiers retards qu'on a eu dans ce projet. Le fait d'avoir tapé un container dans la Transat Jacques Vabre a fait très très mal à notre programme. Il manque deux transats. Ces bateaux là sont compliqués. Comme ce sont des prototypes, ce sont des choses qu'on met en place et qui sont à tester sur la durée. Il n'y a que les transats pour le faire et ça nous a fait défaut. Le temps d'aller chercher le bateau et de le reconstruire, ça a créé un décalage dans notre préparation par rapport aux autres qui était très pénalisant. Ca aurait pu marcher mais il y a des choses à côté desquelles on est passé.

La particularité aussi c'est que c'est un plan Juan Kouyoumdjian et qu'il n'avait pas de petit frère. On n'a pas pu se servir de l'expérience des autres pour avancer plus vite. On a fait des erreurs de conception comme le roof par exemple, que l’on a du modifier avant le Vendée Globe. Il y a un paramètre que j'ai zappé c'est la protection. Tout ce temps là tu le paie et le chantier que tu n'as pas fait à terre, tu le fais en course...

'Ai-je fait une erreur ? Pour rester en course oui forcément j'en ai fait une ! Mais une erreur pour garder mon bateau en état, non ! Je ne sais pas ce que j'aurai pu faire d'autre. J'aurai pu faire autrement, le bateau russe aurait pu ne pas être là. Mais s'il n'avait pas été là, j'aurai été hors course tout de suite. Partir de là-bas sans avoir fini de réparer les hydrogénérateurs, la course s'arrêtait. Tout est allé très vite. J'ai dit au jury que je n'avais pas trouvé d'argument quand le marin est monté à bord. Ce n'est même pas que je n'ai pas trouvé d'argument, c'est que je n'ai pas eu le temps. Il n'ont peut-être pas tenu compte ou pas réalisé qu'en 2008 j'ai perdu un bateau comme ça. A un moment donné la course c'est bien mais il faut faire les choses comme un marin. Là c'était le cas. J'ai juste fait ce que je devais faire... Le Vendée Globe n'a pas besoin de ça. Le Vendée Globe a besoin de bateaux qui reviennent !

'Je pense que les bateaux sont tous durs. Au début il était très très dur du fait du plan de voilure très différent qui rendait les manœuvres très compliquées. C'était les douze travaux d'Hercule. Mais je ne pense pas que ce soit plus dur que pour François (Gabart) ou Armel (Le Cléac'h), après ils ne m'ont pas invité sur leurs bateaux (rires) ! Mais en règle générale, ces bateaux sont durs. Ils sont puissants. Je pense que les choix étaient bon et ça nous a permis de ne pas faire comme les autres ! Le but c'était de réfléchir par nous même, quitte à arriver à la même chose. Mais on voulait avoir cette démarche.

'C'est le support qui n'était pas adapté, c'était l'implantation qui était mal conçue. Les hydrogénérateurs, quand ils étaient dans l'eau et qu'ils tournaient, ils marchaient nickel. Ce n'est pas ça qui est en cause. Ca aurait pu l'être mais on n'a finalement même pas eu le temps de le voir. On les a eu tardivement. On voulait les mettre pour la Transat Jacques Vabre mais ils étaient trop près des safrans et ça cavitait. On les aurait arraché au bout de deux jours de la même manière. Mais c'est vrai qu'on aurait su qu'au lieu de prendre 160 litres de fuel, il fallait en prendre 320.

'Quand les galères sont finies on ne retient que le positif ! Avant d'arriver au Brésil, le long du front, les conditions de mer étaient vraiment mauvaises. Le bateau tapait à ne plus pouvoir le voir ! A un moment donné, tu maudis ton bateau. Là je ne le maudis plus parce que c'est passé ! Après ça passe par un débrief sérieux pour se servir de ce qui s'est passé pour ne pas que ça arrive de nouveau. Aussitôt que quelque chose ne marche pas, c'est de l'agression. Hier dans le golfe, le bateau allait à plus de vingt nœuds et je savais que il ne rentrait pas dans le chenal mais je ne pouvais pas le ralentir. Le bateau, lui, ne s'arrête pas.

Faut-il désormais être jeune et ingénieur pour gagner le Vendée Globe ?

'Je ne pense pas. François, Armel et certains d'autres viennent d'une filière de compétition en dériveur. Cette expérience je ne l'ai pas et je l'aurai jamais mais j'ai d'autres choses qu'eux n'ont pas. Je pense que ça se joue vraiment dans la préparation, en grande partie. C'est une réalité. C'est une des clés de la réussite.

Un sentiment de fierté ?

'Je suis content d'avoir mené Cheminées Poujoulat autour du monde. La terre est grande et c'est pavé de complications tout au long du trajet. Je suis content d'avoir fait ça, ce n'est pas anodin. La remontée de l'Atlantique, tu as l'impression de faire un voyage d'une planète à l'autre tellement c'est long. Tu as l'impression de revenir de très loin, c'est interminable. Je suis content d'être passé au travers de tout ça. Je suis fier du chemin parcouru '.

http://www.vendeeglobe.org/


by Cheminées Poujoulat

  

Click on the FB Like link to post this story to your FB wall

http://www.sail-world.com/index.cfm?nid=106369

4:39 PM Thu 7 Feb 2013GMT


Click here for printer friendly version
Click here to send us feedback or comments about this story.







News - USA and the World





























Team GBR’s Sparky on the Road to Rio (Part Two) *Feature by Rob Kothe and the Sail-World Team,


















Team GBR on the Road to Rio (Part One) by Rob Kothe and the Sail-World team,




















Sailing World Cup Hyeres- Top sailors to face off as Gold Fleet Racing
Anti-boating legislation debated in Florida House
ISAF Sailing World Cup Hyeres - Day 2 Laser images by Franck Socha
ISAF Sailing World Cup Hyeres - Day 2 Nacra 17 images by Franck Socha
ISAF Sailing World Cup Hyeres - Mitakis lead reduced on day 2
Will late spring thaw spell trouble for boaters?
Byte CII Worlds and YOG Continental Qualifier at Riva del Garda
ISAF Sailing World Cup Hyères - Battle continues for U.S. sailors
ISAF Sailing World Cup Hyeres - Qualification stage comes to a close
ISAF Sailing World Cup Hyeres - Day 2 images by Franck Socha
ISAF SWC Hyeres - Nacra Silver medal debutantes continue to improve
Antigua Classic Yacht Regatta - Cheers on the dock
Spindrift 2 criss-crosses the Bay of Biscay
45th anniversary of Sir Robin Knox-Johnston's record circumnavigation
ISAF Sailing World Cup Hyeres - Sailors tweet about opening day
49er Blog: Glorious racing to kick start Hyeres World Cup
Clipper Round the World Yacht Race - Continuous close racing
ISAF Sailing World Cup Hyères - Fluttering flags whet sailors appetite
Antigua Classic Yacht Regatta - Race 4 images by Jude Robertson
ISAF Sailing World Cup Hyeres - US Sailing Team Sperry Top-Sider Day 1
ISAF Sailing World Cup Hyeres - Day 1 Nacra 17 images by Thom Touw   
ISAF Sailing World Cup Hyeres - Day 1 Laser images by Thom Touw   
ISAF Sailing World Cup Hyeres: Ioannis Mitakis leads Finns after day 1   
RC44 Cascais Cup - Fresh faces join the line-up   
ISAF Sailing World Cup Hyeres - Excellent racing on opening day   
ISAF Sailing World Cup Hyeres - Images by Yvan Zedda and Franck Socha   
ISAF Sailing World Cup Hyeres - Day 1 images by Franck Socha   
Hyeres World Cup: Kiwis lead but Outteridge Jensen back in 49er fray   
Belcher and Ryan lead from the start in Hyeres   
ISAF Sailing World Cup Hyères - Race day 1 ready for lift off   
Clipper Round the World Race 11 - Tense match downwind racing on Day 2   
Antigua Classic Yacht Regatta - Day 3 an absolute gem   
Quantum Key West 2015 dates confirmed   
Flying Tigers 'Psych' - on Lake Lanier they pronounce it Zhik   
ISAF Sailing World Cup Hyeres: Anticipation intensifies as start nears   
Clipper Round the World Race - Race 11 start images by Chuck Lantz   
27th Antigua Classic Yacht Regatta 2014 - Big breeze on the butterfly   
Rolex China Sea Race 2014 - Pryde and Joy for Hi Fi   
Clipper Round The World Race - A flying start on Day 1 of Race 11   
Cammas on Caudrelier – different styles, same objective   


For this week's complete news stories select    Last 7 Days
   Search All News
For last month's complete news stories select    Last 30 Days
   Archive News







Sail-World.com  


















Switch Default Region to:

Social Media

Asia

Australia

Canada

Europe

New Zealand

United Kingdom


http://www.sail-world.com/event_images/image/Twitter_logo_small.png http://www.sail-world.com/event_images/image/FaceBook-icon.png  http://www.sail-world.com/event_images/image/RSS-Icon.png

United States

Cruising Northern

Cruising Southern

MarineBusiness World

PowerBoat World

FishingBoating World

 

Contact

Commercial

News

Search

Contact Us

Advertisers Information

Submit news/events

Search Stories/Text

Feedback

Advertisers Directory

Newsletter Archive

Photo Gallery

 

Banner Advertising Details

Newsletter Subscribe

Video Gallery

Policies

 

 

 

Privacy Policy

 

 


Cookie Policy

 

 



This site and its contents are © Copyright TetraMedia and/or the original author, photographer etc. All Rights Reserved.  Photographs are copyright by law.  If you wish to use or buy a photograph contact the photographer directly.
X6XL NEW US