Please select your home edition
Edition
Bakewell-White Yacht Design

Route des Princes - Oman Air-Musandam premier MOD70 à Plymouth

by Regis Lerat on 27 Jun 2013
Oman-Air Musandam - 2013 Route des Princes Craig Page
A 17 h 53 mn et 06 s TU, le MOD70 Oman Air-Musandam, skippé par Sidney Gavignet, a franchi la ligne d'arrivée de la troisième étape de la Route des Princes (Dublin-Dùn Laoghaire - Plymouth).

Il aura mis 2 jours 7 heures 53 mn et 6 s. Sa vitesse moyenne sur le parcours théorique de 500 milles est de 8,95 nœuds. Mais il a parcouru en réalité 630 milles sur l'eau à la vitesse moyenne de 11,28 nœuds.

Mettre à jour

Cette troisième étape off-shore de la Route des Princes entre Dublin - Dùn Laoghaire et Plymouth a été compliquée et elle a mis les nerfs des marins à rude épreuve. Car comme on s'y attendait, elle s'est jouée dans les petits airs et les forts courants. Dans ces conditions, l'équipage d'Oman Air-Musandam mené par Sidney Gavignet s'est montré particulièrement rusé, notamment le long des côtes Irlandaises, et c'est une victoire largement méritée qu'il a décrochée à 19h53 (heure française), ce mercredi. Une victoire qui le propulse par ailleurs en tête du classement général provisoire (avant jury) à égalité de points avec Edmond de Rothschild de Sébastien Josse, bien revenu sur les derniers milles du parcours.

8,95, c'est, en nœuds, la vitesse moyenne qu'a réalisée Oman Air-Musandam sur les 500 milles théoriques de la troisième étape off-shore de la Route des Princes. C'est peu de dire que le score est loin des moyennes habituelles des MOD70 qui avalent généralement la distance en moins de 24 heures. Mais cette manche disputée entre l'Irlande et l'Angleterre s'est jouée dans le (très) petit temps du début à la fin, et en cette période de grandes marées, c'est peu de dire que les courants ont largement compliqué la tâche des navigateurs.

Si Edmond de Rothschild a pris le meilleur après le coup d'envoi en baie de Dublin et encaissé le point de bonus spécial (coefficient 2) à l'île Bardsey, à la pointe du Pays de Galles, c'est Oman Air-Musandam qui a misé juste dans le canal Saint-Georges en choisissant de passer à l'intérieur du DST (dispositif de séparation de trafic) et d'aller raser la pointe de Tuskar, au plus près de cailloux pour se protéger du courant. A la sortie, il s'est retrouvé avec 13 milles d'avance sur ses concurrents.

Un écart porté à 47 milles (le plus gros écart enregistré depuis le départ de Valence le 9 juin dernier) au moment du passage du rocher du Fastnet grâce à une nouvelle option à terre, à l'approche du phare du Fastnet. « A ce moment là, on avait un confortable petit matelas d'avance mais on savait qu'on allait être les premiers à retomber dans la molle, on ne s'est donc pas emballé » a expliqué Sidney Gavignet.


De fait, à mi-chemin entre le célèbre rocher et les îles Scilly, Sébastien Josse et son équipe sont parvenus à revenir à moins de trois milles du bras arrière au bateau Omanais qui n'a cependant rien lâché. Non seulement, il s'est adjugé le point de bonus spécial à Bishop Rock mais il a contrôlé la situation jusqu'au bout en exploitant au mieux chaque petite risée et chaque veine de courant le long de la côte sud de l'Angleterre. Au final, Oman Air-Musandam s'impose avec 15 minutes d'avance sur son dauphin, remportant ainsi sa deuxième victoire de course off-shore dans l'épreuve après celle décrochée à Lisbonne. « On est vraiment allé la chercher loin cette première place et j'estime qu'elle est vraiment méritée » a commenté le skipper à son arrivée au ponton, qui peut également se satisfaire, ce soir, d'occuper la tête du classement provisoire (avant jury) avec un total de 126 points. 126 points c'est également le nouveau score d'Edmond de Rothschild, 2e. Autant dire que les in-shore de vendredi et de samedi, mais aussi et surtout la dernière étape jusqu'à la Baie de Morlaix dont le départ sera donné dans la foulée, seront décisives. La journée de repos, demain, ne sera pas de trop pour recharger les batteries avant la bataille finale.

Classement de la troisième étape off-shore (avant jury):

1. Oman Air-Musandam, 40pts
2. Edmond de Rothschild, 36 pts
3. Virbac – Paprec 70, 32 pts
ABD : Spindrift 28 pts

Classement général provisoire MOD70 (avant jury):

1. Oman Air-Musandam (Sidney Gavignet) 126 pts
2. Edmond de Rothschild (Sébastien Josse) 126 pts
3. ABD : Spindrift (Yann Guichard) 122 pts
4. Virbac-Paprec 70 (Jean-Pierre Dick) 66 pts.

Sébastien Josse - Edmond de Rothschild: 'On ne pensait pas finir aussi près d'Oman Air-Musandam c'est sûr, vu le premier coup qu'il nous a fait dans le DST du canal Saint-Georges. Il est passé avec 60 milles d'avance au Fastnet. On ne pensait pas le revoir aussi tôt, on s'est un peu battu. On a vu que tout était possible au passage des Scilly. Il y a eu un gros regroupement la nuit dernière. On a repassé une deuxième fois le front qui nous avait arrêtés après Bardsey. On l'a repassé dans l'autre sens, Oman s'est arrêté. On a décidé d'attaquer un petit peu plus nord. C'était de nuit dans 3-4 nœuds donc il y avait beaucoup d'incertitudes. On ne voyait rien, on a tout fait aux sensations. Il fallait essayer de déplacer le bateau tant bien, au gré du vent qui tournait toutes les deux minutes. C'était une période assez sympa. On avait aussi un contrôle sur l'AIS, sur l'ordinateur … mais bon après, il a démarré plus vite et la messe était dite. Nous avons apprécié le petit bord de portant du Fastnet aux Scilly parce qu'après c'était plutôt « multicoque dans la pétole ». Ce n'est pas le plus agréable car les flotteurs tapent d'un côté et de l'autre. Cela s'arrête aussi vite que ça démarre. Dans ces cas là, il faut être patient et ne pas trop s'énerver. Il faut relativiser. On voit que dans cette classe des MOD70, rien n'est jamais avant la dernière étape. Ca se joue parfois à un point pour savoir qui est l'heureux gagnant. Au niveau du bilan, on aurait préféré gagner, maintenant on s'est bien battu. Bien sûr, il y a un peu de déception. On sait qu'il y a du niveau. On va continuer comme ça. On va tout donner sur le prochain in-shore et sur la dernière étape pour Morlaix.'

Sidney Gavignet - Oman Air - Musandam: 'On peut dire que cette troisième manche de la Route des Princes, nous sommes allés la chercher loin et que, du coup, on la mérite. En plus, il n'y a pas de réclamation à l'arrivé, ça c'est spécial. On va peut-être passer une escale tranquille. Je crois que l'on anime bien la course depuis le départ, de diverses façons. On est un acteur qui fait du jeu. On est très content de la navigation que l'on fait alors que l'on n'a pas de navigateur. On pensait que cela pouvait être une faiblesse et on s'en sort bien donc c'est un plaisir à faire. C'est stressant mais bon, on ne va se pas se plaindre. Si on fait ce boulot c'est que l'on aime aussi le stress mais quand même, vivement la fin de la semaine que l'on puisse se détendre ! (rires). Notre score n'est pas mal (2 étapes offshore sur 3), c'est vrai qu'on est là ! Près de Tuskar, c'était une histoire de courant. Il y en avait beaucoup plus que ce que disaient les cartes. On avait déjà remarqué ça à l'aller et on pense qu'il y avait facilement 4 nœuds de courant. On a voulu aller se protéger, on est allés sur les bancs de sable façon Figaro, en gardant un tout petit peu plus de sécurité quand même. Je pense que quand on a 2 nœuds de courant en moins et bien ça fait deux nœuds de vent en plus et donc ça fait la différence.

On ne s'est pas trop vite emballé de notre avance, on savait que ce n'était pas nécessaire de se dépêcher parce que plus tôt on arriverait dans la pétole. Mais là, on n'a pas eu une réussite énorme. Quand les autres étaient à 3 milles de nous, on faisait un noeud et eux quatorze. On se dit que l'on aurait pu avoir un meilleur trou de souris, mais bon, on ne va pas se plaindre parce qu'après on a continué. On n'a pas baissé les bras. Ca s'est joué à vraiment pas grand-chose pour avoir le pont de bonus à Bishop. Ce qui est bien dans notre équipe, c'est que l'on ne baisse pas les bras. Quand les choses changent, on reste patient, on ne panique pas et du coup on arrive à se sortir de situations Route des Princes

Kilwell - 6Southern Spars - 100Bakewell-White Yacht Design

Related Articles

Rio 2016 - The Qualification Games - Part 2
Yachting NZ's refusal to nominate in three classes won in the first round of 2016 Olympic Qualification is unprecedented Yachting New Zealand's refusal to nominate in three classes won in the first round of 2016 Olympic Qualification is without precedent. Subject to Appeal, the Kiwis have signaled that they will reject 30% of the positions gained in the ISAF World Sailing Championships in Santander in 2014.
Posted on 22 May
Gladwell's Line - World Sailing changes tack after IOC windshift
Over the past year, we've given the International Sailing Federation (now re-badged as World Sailing) a bit of stick Over the past year, we've given the International Sailing Federation (now re-badged as World Sailing) a bit of stick. Every blow well earned over issues such as the pollution at Rio, the Israeli exclusion abomination plus a few more. But now World Sailing is getting it right.
Posted on 21 May
Rio 2016 - The Qualification Games - Part 1
Antipodean selection shenanigans aside, the Qualification system for the Rio Olympics appears to be achieving its goals Antipodean selection shenanigans aside, the Qualification system for the Rio Olympics appears to be achieving goals set in the Olympic Commission report of 2010. Around 64 countries are expected to be represented in Rio de Janeiro in August. That is a slight increase on Qingdao and Weymouth, but more importantly a full regional qualification system is now in place
Posted on 19 May
Taming the beast-a conversation with Stuart Meurer of Parker Hannifin
While AC72 cats were fast, they difficult to control, so Oracle partnered with Parker Hannifin to innovate a better way. If you watched videos of the AC72s racing in the 34th America’s Cup (2013), you’re familiar with the mind-boggling speeds that are possible when wingsail-powered catamarans switch from displacement sailing to foiling mode. While foiling is fast, there’s no disguising the platform’s inherent instability. Now, Oracle Team USA has teamed up with Parker Hannifin to innovate a better way.
Posted on 18 May
From foiling Moths to Olympic starting lines-a Q&A with Bora Gulari
Bora Gulari’s is representing the USA at the Rio 2016 Olympics in the Nacra 17 class, along with teammate Louisa Chafee. Bora Gulari (USA) has made a strong name for himself within high-performance sailing circles, with wins at the 2009 and 2013 Moth Worlds. In between, he broke the 30-knort barrier and was the 2009 US SAILING Rolex Yachtsman of the Year. His latest challenge is representing the USA at the Rio 2016 Olympics in the Nacra 17 class as skipper, along with his teammate Louisa Chafee.
Posted on 12 May
Concern for Zika at Rio Olympics is now deadly serious
Alphabet soup is one description that has thus far not been used for either Guanabara Bay, Alphabet soup is one description that has thus far not been used for either Guanabara Bay, or the Rio Olympics. Many others have, and they were apt, but things have changed. So here now we have a situation where one man, Associate Professor Amir Attaran, who does have a more than decent string of letters after his name, is bringing nearly as many facts to bear as references at the article's end
Posted on 12 May
Zhik - The brand born of a notion, not its history
here is probably every reason that ocean rhymes with notion. Zhik’s tagline is officially marketed as Made For Water There is probably every reason that ocean rhymes with notion. Zhik’s tagline has been officially marketed as Made For Water, and this is precisely what the company has done for the last eight years before the succinct and apt strapline came from out of R&D and into mainstream visibility.
Posted on 8 May
Shape of next Volvo Ocean Race revealed at Southern Spars - Part 1
Southern Spars has been confirmed as the supplier of spars for the 2017-18 Volvo Ocean Race. In mid-April, Race Director, Jack Lloyd and Stopover Manager Richard Mason outlined the changes expected for the 40,000nm Race during a tour of Southern Spars 10,000sq metre specialist spar construction facility. A total of up to seven boats is expected to enter, but time is running out for the construction of any new boats.
Posted on 3 May
Sailing in the Olympics beyond 2016 - A double Olympic medalist's view
Bruce Kendall takes a look at what he believes Sailing needs to do to survive beyond the 2016 Olympics. Gold and Bronze medalist and multiple world boardsailing/windsurfer champion, Bruce Kendall takes a look at what he believes Sailing needs to do to survive beyond the 2016 Olympics. A key driver is the signalled intention by the International Olympic Committee to select a basket of events that will be contested.
Posted on 29 Apr
From Olympic flag to Olympic Gold and maybe another
The Sydney Olympics was a Sailing double 470 Gold event for Australia. Having won the 420 World Championship in 2000, the feeder class to the 470, while still at school in Australia young Matt Belcher was given the honour of carrying the Olympic flag during the closing ceremony of the Sydney 2000 Olympics.
Posted on 28 Apr