Route des Princes - Des virages à bien négocier

FenêtréA - Cardinal sur la Route des Princes 2013
© Marcel Mochet
Adeus Lisboa… Après une journée de vendredi somptueuse où Erwan Le Roux et son équipage ont démontré qu'ils étaient toujours dans le coup en remportant les deux parcours inshore dans un décor à couper le souffle, les quatre Multi50 ont demandé à anticiper le départ de Lisbonne de manière à passer le cap Finisterre avant l'arrivée d'un gros coup de chien. Entretien avec Erwan Le Roux à quelques heures du départ.

'C'est toujours bien, mais on n'oublie pas que ces régates ne comptent pas pour le classement général de la Route des Princes. Il ne faudrait pas qu'on devienne les rois des régates pour rire ! Plus sérieusement, l'escale de Lisbonne nous a permis de faire un bilan critique de la première étape, d'affiner notre mode de fonctionnement pour cette longue traversée jusqu'à Dublin.'


'Non, on a travaillé à la marge. Il y a beaucoup de points positifs. La vitesse est là, les manœuvres tournent bien, l ‘équipage sait rester soudé même dans les moments compliqués. Ensuite on a travaillé sur des procédures qu'on n'avait pas eu le temps de mettre en place au départ de Valence entre les obligations médias et la nécessité de passer du temps sur l'eau pour compenser notre « arrêt au stand » suite au Grand Prix de Douarnenez. On a surtout, avec Didier Le Vourc'h, validé des scénarios en fonction des conditions supposées rencontrées sur cette deuxième étape. En gros, on échafaude des hypothèses et on essaie de trouver les clés pour les résoudre très en amont. Sachant qu'au final, c'est toujours la loi de la situation sur l'eau qui parlera. Mais cela devrait nous permettre d'être un peu plus réactif, de mieux anticiper… '

'Actuellement, la première difficulté va être de franchir le cap Finisterre sans encombre. C'est pour cela que nous avons demandé à avancer la date de départ. Quand on arrivera au large des côtes de Galice, on devrait naviguer dans un régime de sud à sud-ouest de 20 à 25 nœuds. Ce qui veut dire, qu'au cap Finisterre, on peut ajouter 10 bons nœuds de plus. Par dessus, on ajoute une mer déjà formée de 3 à 4 mètres et on s'aperçoit qu'il faudra bien négocier ce passage et trouver le bon équilibre entre passer suffisamment loin du cap pour ne pas subir une mer trop cassante ni un vent trop fort, et rester le plus proche possible de la route directe vers l'Irlande. Ensuite, ce sera une course de vitesse vers la mer d'Irlande avant l'arrivée d'un nouveau système perturbé. Ça devrait aller vite : il va juste falloir qu'on n'accoste pas à Dun Laoghaire trop tôt, avant notamment l'équipe d'organisation qui doit gérer son transfert depuis Lisbonne!'

'Sur le papier tout va bien. Mais, on n'a plus beaucoup de droit à l'erreur. Et puis c'est sur l'eau qu'on fait les comptes. Réponse à l'arrivée à Dublin…'



Fenetrea Cardinal website
http://www.sail-world.com/98998