Please select your home edition
Edition
Barz Optics - Floaters

Transat Jacques Vabre - A une étrave près !

by Transat Jacques Vabre on 29 Nov 2013
Transat Jacques Vabre 2013 © Jean-Marie Liot / DPPI / TJV http://www.transat-jacques-vabre.com/
Transat Jacques Vabre - Incroyable final pour les deux derniers monocoques IMOCA qui ne se sont pas lâchés depuis leur passage devant Recife il y a cinq jours ! Initiatives Cœur ne devance en effet Team Plastique sur la ligne d’arrivée devant Itajaí que de neuf secondes… Et pendant ce temps, les premiers Class40’ ont débordé le cap Frio et entament leur dernière ligne droite : il y a du match puisque le trio de tête s’est resserré.

Il fallait un dernier retournement de situation pour que la Transat Jacques Vabre des deux plus attachants équipages en monocoques IMOCA, finisse en feu d’artifice ! Car depuis leur sortie du Pot au Noir où le duo Tanguy de Lamotte et François Damiens avait repris la main au large de Fernando de Noronha grâce à leur trajectoire plus à l’Est, les Italiens avaient choisi de rester dans le sillage d’Initiatives Cœur : plusieurs fois, l’un ou l’autre reprenait l’avantage au gré des grains qui parsemaient la descente vers le cap Frio.

Neuf secondes d’écart…
D’ailleurs devant Rio de Janeiro, les deux monocoques étaient collés-serrés au point que les marins envoyaient des photos de leur route de conserve… Il restait 230 milles et Alessandro Di Benedetto et Alberto Monaco choisissaient d’empanner plus tôt dans une brise de Nord-Est soutenue la nuit dernière. Et ce n’est qu’au petit matin que les deux équipages se retrouvaient à vue, Initiatives Cœur ayant dû faire le tour d’un filet de pêcheur à 40 milles de l’arrivée.

C’est à ce moment que le vent décidait de mollir en tournant lentement vers le secteur Ouest, ce qui obligeait les deux équipages à faire du près pour atteindre la ligne d’arrivée devant Itajaí. A trente milles du final, les deux bateaux étaient au contact et ne se lâchaient plus au point que l’écart à l’arrivée n’était plus que d’une étrave : neuf secondes après 5 450 milles au départ du Havre et 21 jours 4 heures de mer ! Reporté à un cent mètres, cela signifierait que le chronomètre les mettrait à égalité : 1/160 000ème d’écart ! Les deux équipages closent en apothéose la classe IMOCA et il ne reste donc plus que vingt-trois Class40’ en course…

Petit problème d’interprétation
Le match est loin d’être fini depuis que le leader des Class40’ a indiqué qu’il avait perdu deux de ses trois spinnakers dans le Pot au Noir : cela explique la perte de milles de GDF SUEZ (Rogues-Delahaye) avant d’avoir contourné le cap Frio la nuit dernière. Le tandem accuse un déficit de 0,5 nœud au moins selon que la brise est forte ou non puisqu’il semble que ce soit le spinnaker lourd qui est encore intact. Pour autant, les écarts n’ont pas sensiblement évolué ces dernières heures car le leader a profité d’une brise un peu plus soutenue au large.

En effet, les Espagnols ont mal interprété les Instructions de Course et pensaient qu’il était interdit d’approcher les plateformes de forage qui parsèment les côtes au large de Rio de Janeiro : Alex Pella et Pablo Santurde ont donc tiré à terre dans la nuit, ce qui n’était pas une bonne idée à moyen terme. Et pendant ce temps, Mare (Riechers-Brasseur) optait pour une route intermédiaire à une soixantaine de milles des rives brésiliennes. Tales Santander 2014 reprenait alors le fil en empannant pour se recaler plus au large, mais perdait dans l’affaire une dizaine de milles.

Alors qu’il reste encore plus de 200 milles jusqu’à Itajaí, l’issue est incertaine car la nuit prochaine laisse entendre qu’un sacré coup de frein va redistribuer les cartes : un minimum dépressionnaire est attendu au large de Sao Paulo avec des brises très instables et faibles avant qu’un flux de secteur Sud ne s’installe en milieu de matinée… Une arrivée du premier Class40’ en fin de journée brésilienne est donc toujours d’actualité !

Ils ont dit:

Tanguy de Lamotte, skipper d’Initiatives-Cœur (IMOCA) : « La cohabitation avec François s’est bien passée. Nous avions chacun nos rôles et nous nous y sommes tenus. Il s’est passé énormément de choses dans cette transat, et arriver avec seulement neuf secondes d’avance est incroyable. On se considère à égalité avec Alessandro et Alberto. Un super dénouement d’autant que ce matin, un cinquième enfant a été sauvé grâce aux clics des internautes. »

François Damiens, co-skipper d’Initiatives-Cœur (IMOCA) : « Nous sommes très contents d’arriver au Brésil. Tout s’est bien passé. Nous avons eu un petit coup de mou dimanche dernier quand nous nous sommes retrouvés en pleine pétole et que les grains s’enchaînaient. Le golfe de Gascogne a été fidèle à sa réputation. Nous pensions que ça allait être plus cool après le Pot au Noir. Mais cela n’a pas été le cas : il y a eu tromperie sur la marchandise. Le bateau est puissant, agressif et absolument pas conçu pour la plaisance. Ça tire, ça tape, rien de superflu. On fait vite une bêtise. C’est paradoxal car le bateau s’appelait Initiatives et je ne devais en prendre aucune ! »

Alessandro Di Benedetto, skipper de Team Plastique (IMOCA) : « Ça fait du bien d’arriver ! C’était une belle course avec Initiatives-Cœur, nos deux bateaux sont de la même génération. Nous avons poussé Team Plastique, plus qu’au Vendée Globe. Alberto est un très bon régleur et un fin barreur. Pas de dégâts majeurs à bord donc nous n’allons pas nous plaindre. On a juste perdu une chaussette de spi. Pour le reste, c’était de l’usure normale. Tout ce qui cassait, on le réparait ! Le bateau est en parfait état d’un point de vue structurel. On a poussé jusqu’à la fin, neuf secondes c’est rien. La Transat Jacques est une très belle course. On a terminé, le rêve continue. »

Sébastien Rogues (Class40’ GDF SUEZ) : « Nous avons déchiré deux de nos trois spis. Nous les avons explosés lorsque nous étions dans le Pot au Noir, l’un après l’autre. Cela nous a mis un coup au moral. Ensuite nous avons tenté des réparations avec les moyens du bord pendant la descente au près dans l’Atlantique sud. Dès que nous nous sommes retrouvés au portant, la réparation du premier spi a tenu deux heures, le vent étant trop fort. Deuxième coup de mou car nous avons compris qu’il serait difficile de ne pas se faire rattraper. Le bateau a souffert tout du long, on a cassé pas mal de matériel, qu’on a rafistolé comme on a pu. Les prévisions météo à 300 milles de la ligne d’arrivée sont particulièrement compliquées. Nous identifions des vents légers, instables en force et en direction… »

Alex Pella (Class40’ Tales Santander 2014) : « Nous sommes au taquet depuis notre escale technique à La Corogne. Nous avons bien navigué. Mais la nuit dernière a été difficile. Nous avons fait une erreur qui est due à une mauvaise compréhension des instructions de course. Nous avons contourné des plateformes pétrolières au lieu de passer à travers comme l’ont fait GDF SUEZ et Mare. En fait, naviguer dans cette zone est interdit sauf si l'on est en course. C’est ce qui nous a induit en erreur. Mais rien de grave : nous sommes toujours dans le match. Nous allons faire de notre mieux jusqu’à l’arrivée pour gagner une place sur le podium et ainsi l’emporter ! »

Damien Seguin (Class40’ ERDF-Des pieds et Des mains) : « Nous n’avons plus de source d’énergie vraiment efficace depuis notre panne d’hydro-générateur. En fait, nous sommes dans le noir depuis le Pot au Noir ! Les panneaux solaires permettent simplement de brancher un peu l’électronique dans la journée, de prendre une ou deux météo, de faire un routage et donc d'établir des stratégies de course. Nous ne pouvons plus utiliser le pilote automatique : on se relaie à la barre 24 heures sur 24. Mais nous ne regrettons pas notre choix de ne pas nous arrêter à Recife. Nous serons épuisés à l’arrivée. Ne plus avoir de pilote demande une attention constante, d’autant plus que les nuits sont noires. »

Yannick Bestaven (Class40’ Watt & Sea-Région Poitou Charentes) : « Les conditions ne sont pas stables du tout. Le vent passe de 10 à 30 nœuds, il prend 40 degrés de rotation : de quoi devenir fous ! Nous sommes partis au tas dans un grain et nous avons éclaté le spi. Il est ouvert en deux parties, je suis en train de le recoudre. Sur un plancher de voilerie ce n’est déjà pas facile, alors sur un bateau je ne te raconte pas ! J’en ai pour toute la journée… Une dépression est en formation le long des côtes brésiliennes, il faut passer au meilleur endroit pour attraper le nouveau vent frais qui va nous amener à Itajaí. »

Positions du 28/11 à 17h00
CLASS40
1 - GDF SUEZ à 286,36 milles de l’arrivée
2 - Mare à 52,94 milles du premier
3 - Tales Santander 2014 à 63,85 milles du premier

MULTI 50
1 - FenêtréA Cardinal arrivé le 22/11/13 à 6h40mn 15s HF
2 - Actual arrivé le 22/11/13 à 11h47mn 30s HF
3 - Rennes Métropole / Saint-Malo agglomération arrivé le 27/11/13 à 05h43mn 06s HF

IMOCA
1 - PRB arrivé le 24/11/13 à 13h41min47s HF
2 - SAFRAN arrivé le 24/11/13 à 17h 43min 23s HF
3 - Maitre CoQ arrivé le 24/11/13 à 18h 15min 07s HF

MOD70
1 - Edmond de Rothschild arrivé le 18/11/13 à 18h03mn 54s HF
2 - Oman Air-Musandam arrivé le 18/11/13 à 23h 04mn 09s HF

Comment suivre la course

HORAIRE DES VACATIONS (heure française)
11h30-13h15 – en live sur le site internet
Vacation avec les leaders et la moitié de la flotte des quatre classes engagées.

LES POSITIONS
Les positions seront disponibles sur le site internet à 5h, 8h, 11h, 14h, 17h et 20h HF.

Monocoque 60' :
Virbac-Paprec
Jean-Pierre DICK & Jérémie BEYOU
15j 18h 15min 54sec

Multicoque 50' :
Actual
Yves LE BLEVEC & Samuel MANUARD
17j 17h 7min 43sec

Class 40' :
Aquarelle.com
Yannick BESTAVEN
& Éric DROUGLAZET
21j 17h 59min 8sec

Southern Spars - 100Kilwell - 5GAC Pindar Superyacht Services

Related Articles

America's Cup - Arbitration Panel Hearing over Kiwi Qualifier for July
ACEA CEO, Russell Coutts has confirmed that the Arbitration Panel will hold its first Hearing in July. In a yet to be published interview in Sail-World, America’s Cup Events Authority CEO, Russell Coutts has confirmed that the Arbitration Panel will hold its first Hearing in July. This is the first official indication that the three person Arbitration Panel had even been formed, however Sail-World’s sources indicated that it had been empanelled since last January, possibly earlier.
Posted on 27 May
Rio 2016 - The Qualification Games - Part 2
Yachting NZ's refusal to nominate in three classes won in the first round of 2016 Olympic Qualification is unprecedented Yachting New Zealand's refusal to nominate in three classes won in the first round of 2016 Olympic Qualification is without precedent. Subject to Appeal, the Kiwis have signaled that they will reject 30% of the positions gained in the ISAF World Sailing Championships in Santander in 2014.
Posted on 22 May
Gladwell's Line - World Sailing changes tack after IOC windshift
Over the past year, we've given the International Sailing Federation (now re-badged as World Sailing) a bit of stick Over the past year, we've given the International Sailing Federation (now re-badged as World Sailing) a bit of stick. Every blow well earned over issues such as the pollution at Rio, the Israeli exclusion abomination plus a few more. But now World Sailing is getting it right.
Posted on 21 May
Rio 2016 - The Qualification Games - Part 1
Antipodean selection shenanigans aside, the Qualification system for the Rio Olympics appears to be achieving its goals Antipodean selection shenanigans aside, the Qualification system for the Rio Olympics appears to be achieving goals set in the Olympic Commission report of 2010. Around 64 countries are expected to be represented in Rio de Janeiro in August. That is a slight increase on Qingdao and Weymouth, but more importantly a full regional qualification system is now in place
Posted on 19 May
Taming the beast-a conversation with Stuart Meurer of Parker Hannifin
While AC72 cats were fast, they difficult to control, so Oracle partnered with Parker Hannifin to innovate a better way. If you watched videos of the AC72s racing in the 34th America’s Cup (2013), you’re familiar with the mind-boggling speeds that are possible when wingsail-powered catamarans switch from displacement sailing to foiling mode. While foiling is fast, there’s no disguising the platform’s inherent instability. Now, Oracle Team USA has teamed up with Parker Hannifin to innovate a better way.
Posted on 18 May
From foiling Moths to Olympic starting lines-a Q&A with Bora Gulari
Bora Gulari’s is representing the USA at the Rio 2016 Olympics in the Nacra 17 class, along with teammate Louisa Chafee. Bora Gulari (USA) has made a strong name for himself within high-performance sailing circles, with wins at the 2009 and 2013 Moth Worlds. In between, he broke the 30-knort barrier and was the 2009 US SAILING Rolex Yachtsman of the Year. His latest challenge is representing the USA at the Rio 2016 Olympics in the Nacra 17 class as skipper, along with his teammate Louisa Chafee.
Posted on 12 May
Concern for Zika at Rio Olympics is now deadly serious
Alphabet soup is one description that has thus far not been used for either Guanabara Bay, Alphabet soup is one description that has thus far not been used for either Guanabara Bay, or the Rio Olympics. Many others have, and they were apt, but things have changed. So here now we have a situation where one man, Associate Professor Amir Attaran, who does have a more than decent string of letters after his name, is bringing nearly as many facts to bear as references at the article's end
Posted on 12 May
The importance of being Alive
Since buying the stunningly pretty Reichel-Pugh canting keel 66-footer, and re-naming her Alive, Since buying the stunningly pretty Reichel-Pugh canting keel 66-footer, and re-naming her Alive, the team have lined up for a lot of things, won plenty and nabbed a record, as well. She’s presently in a yard in the Philippines having a minor refit in readiness for the Australian season. It will commence with the upcoming Brisbane to Keppel and then head sharply into this year’s Hobart.
Posted on 10 May
Zhik - The brand born of a notion, not its history
here is probably every reason that ocean rhymes with notion. Zhik’s tagline is officially marketed as Made For Water There is probably every reason that ocean rhymes with notion. Zhik’s tagline has been officially marketed as Made For Water, and this is precisely what the company has done for the last eight years before the succinct and apt strapline came from out of R&D and into mainstream visibility.
Posted on 8 May
Shape of next Volvo Ocean Race revealed at Southern Spars - Part 1
Southern Spars has been confirmed as the supplier of spars for the 2017-18 Volvo Ocean Race. In mid-April, Race Director, Jack Lloyd and Stopover Manager Richard Mason outlined the changes expected for the 40,000nm Race during a tour of Southern Spars 10,000sq metre specialist spar construction facility. A total of up to seven boats is expected to enter, but time is running out for the construction of any new boats.
Posted on 3 May