Please select your home edition
Edition
Bakewell-White Yacht Design

Transat Jacques Vabre - A une étrave près !

by Transat Jacques Vabre on 29 Nov 2013
Transat Jacques Vabre 2013 © Jean-Marie Liot / DPPI / TJV http://www.transat-jacques-vabre.com/
Transat Jacques Vabre - Incroyable final pour les deux derniers monocoques IMOCA qui ne se sont pas lâchés depuis leur passage devant Recife il y a cinq jours ! Initiatives Cœur ne devance en effet Team Plastique sur la ligne d’arrivée devant Itajaí que de neuf secondes… Et pendant ce temps, les premiers Class40’ ont débordé le cap Frio et entament leur dernière ligne droite : il y a du match puisque le trio de tête s’est resserré.

Il fallait un dernier retournement de situation pour que la Transat Jacques Vabre des deux plus attachants équipages en monocoques IMOCA, finisse en feu d’artifice ! Car depuis leur sortie du Pot au Noir où le duo Tanguy de Lamotte et François Damiens avait repris la main au large de Fernando de Noronha grâce à leur trajectoire plus à l’Est, les Italiens avaient choisi de rester dans le sillage d’Initiatives Cœur : plusieurs fois, l’un ou l’autre reprenait l’avantage au gré des grains qui parsemaient la descente vers le cap Frio.

Neuf secondes d’écart…
D’ailleurs devant Rio de Janeiro, les deux monocoques étaient collés-serrés au point que les marins envoyaient des photos de leur route de conserve… Il restait 230 milles et Alessandro Di Benedetto et Alberto Monaco choisissaient d’empanner plus tôt dans une brise de Nord-Est soutenue la nuit dernière. Et ce n’est qu’au petit matin que les deux équipages se retrouvaient à vue, Initiatives Cœur ayant dû faire le tour d’un filet de pêcheur à 40 milles de l’arrivée.

C’est à ce moment que le vent décidait de mollir en tournant lentement vers le secteur Ouest, ce qui obligeait les deux équipages à faire du près pour atteindre la ligne d’arrivée devant Itajaí. A trente milles du final, les deux bateaux étaient au contact et ne se lâchaient plus au point que l’écart à l’arrivée n’était plus que d’une étrave : neuf secondes après 5 450 milles au départ du Havre et 21 jours 4 heures de mer ! Reporté à un cent mètres, cela signifierait que le chronomètre les mettrait à égalité : 1/160 000ème d’écart ! Les deux équipages closent en apothéose la classe IMOCA et il ne reste donc plus que vingt-trois Class40’ en course…

Petit problème d’interprétation
Le match est loin d’être fini depuis que le leader des Class40’ a indiqué qu’il avait perdu deux de ses trois spinnakers dans le Pot au Noir : cela explique la perte de milles de GDF SUEZ (Rogues-Delahaye) avant d’avoir contourné le cap Frio la nuit dernière. Le tandem accuse un déficit de 0,5 nœud au moins selon que la brise est forte ou non puisqu’il semble que ce soit le spinnaker lourd qui est encore intact. Pour autant, les écarts n’ont pas sensiblement évolué ces dernières heures car le leader a profité d’une brise un peu plus soutenue au large.

En effet, les Espagnols ont mal interprété les Instructions de Course et pensaient qu’il était interdit d’approcher les plateformes de forage qui parsèment les côtes au large de Rio de Janeiro : Alex Pella et Pablo Santurde ont donc tiré à terre dans la nuit, ce qui n’était pas une bonne idée à moyen terme. Et pendant ce temps, Mare (Riechers-Brasseur) optait pour une route intermédiaire à une soixantaine de milles des rives brésiliennes. Tales Santander 2014 reprenait alors le fil en empannant pour se recaler plus au large, mais perdait dans l’affaire une dizaine de milles.

Alors qu’il reste encore plus de 200 milles jusqu’à Itajaí, l’issue est incertaine car la nuit prochaine laisse entendre qu’un sacré coup de frein va redistribuer les cartes : un minimum dépressionnaire est attendu au large de Sao Paulo avec des brises très instables et faibles avant qu’un flux de secteur Sud ne s’installe en milieu de matinée… Une arrivée du premier Class40’ en fin de journée brésilienne est donc toujours d’actualité !

Ils ont dit:

Tanguy de Lamotte, skipper d’Initiatives-Cœur (IMOCA) : « La cohabitation avec François s’est bien passée. Nous avions chacun nos rôles et nous nous y sommes tenus. Il s’est passé énormément de choses dans cette transat, et arriver avec seulement neuf secondes d’avance est incroyable. On se considère à égalité avec Alessandro et Alberto. Un super dénouement d’autant que ce matin, un cinquième enfant a été sauvé grâce aux clics des internautes. »

François Damiens, co-skipper d’Initiatives-Cœur (IMOCA) : « Nous sommes très contents d’arriver au Brésil. Tout s’est bien passé. Nous avons eu un petit coup de mou dimanche dernier quand nous nous sommes retrouvés en pleine pétole et que les grains s’enchaînaient. Le golfe de Gascogne a été fidèle à sa réputation. Nous pensions que ça allait être plus cool après le Pot au Noir. Mais cela n’a pas été le cas : il y a eu tromperie sur la marchandise. Le bateau est puissant, agressif et absolument pas conçu pour la plaisance. Ça tire, ça tape, rien de superflu. On fait vite une bêtise. C’est paradoxal car le bateau s’appelait Initiatives et je ne devais en prendre aucune ! »

Alessandro Di Benedetto, skipper de Team Plastique (IMOCA) : « Ça fait du bien d’arriver ! C’était une belle course avec Initiatives-Cœur, nos deux bateaux sont de la même génération. Nous avons poussé Team Plastique, plus qu’au Vendée Globe. Alberto est un très bon régleur et un fin barreur. Pas de dégâts majeurs à bord donc nous n’allons pas nous plaindre. On a juste perdu une chaussette de spi. Pour le reste, c’était de l’usure normale. Tout ce qui cassait, on le réparait ! Le bateau est en parfait état d’un point de vue structurel. On a poussé jusqu’à la fin, neuf secondes c’est rien. La Transat Jacques est une très belle course. On a terminé, le rêve continue. »

Sébastien Rogues (Class40’ GDF SUEZ) : « Nous avons déchiré deux de nos trois spis. Nous les avons explosés lorsque nous étions dans le Pot au Noir, l’un après l’autre. Cela nous a mis un coup au moral. Ensuite nous avons tenté des réparations avec les moyens du bord pendant la descente au près dans l’Atlantique sud. Dès que nous nous sommes retrouvés au portant, la réparation du premier spi a tenu deux heures, le vent étant trop fort. Deuxième coup de mou car nous avons compris qu’il serait difficile de ne pas se faire rattraper. Le bateau a souffert tout du long, on a cassé pas mal de matériel, qu’on a rafistolé comme on a pu. Les prévisions météo à 300 milles de la ligne d’arrivée sont particulièrement compliquées. Nous identifions des vents légers, instables en force et en direction… »

Alex Pella (Class40’ Tales Santander 2014) : « Nous sommes au taquet depuis notre escale technique à La Corogne. Nous avons bien navigué. Mais la nuit dernière a été difficile. Nous avons fait une erreur qui est due à une mauvaise compréhension des instructions de course. Nous avons contourné des plateformes pétrolières au lieu de passer à travers comme l’ont fait GDF SUEZ et Mare. En fait, naviguer dans cette zone est interdit sauf si l'on est en course. C’est ce qui nous a induit en erreur. Mais rien de grave : nous sommes toujours dans le match. Nous allons faire de notre mieux jusqu’à l’arrivée pour gagner une place sur le podium et ainsi l’emporter ! »

Damien Seguin (Class40’ ERDF-Des pieds et Des mains) : « Nous n’avons plus de source d’énergie vraiment efficace depuis notre panne d’hydro-générateur. En fait, nous sommes dans le noir depuis le Pot au Noir ! Les panneaux solaires permettent simplement de brancher un peu l’électronique dans la journée, de prendre une ou deux météo, de faire un routage et donc d'établir des stratégies de course. Nous ne pouvons plus utiliser le pilote automatique : on se relaie à la barre 24 heures sur 24. Mais nous ne regrettons pas notre choix de ne pas nous arrêter à Recife. Nous serons épuisés à l’arrivée. Ne plus avoir de pilote demande une attention constante, d’autant plus que les nuits sont noires. »

Yannick Bestaven (Class40’ Watt & Sea-Région Poitou Charentes) : « Les conditions ne sont pas stables du tout. Le vent passe de 10 à 30 nœuds, il prend 40 degrés de rotation : de quoi devenir fous ! Nous sommes partis au tas dans un grain et nous avons éclaté le spi. Il est ouvert en deux parties, je suis en train de le recoudre. Sur un plancher de voilerie ce n’est déjà pas facile, alors sur un bateau je ne te raconte pas ! J’en ai pour toute la journée… Une dépression est en formation le long des côtes brésiliennes, il faut passer au meilleur endroit pour attraper le nouveau vent frais qui va nous amener à Itajaí. »

Positions du 28/11 à 17h00
CLASS40
1 - GDF SUEZ à 286,36 milles de l’arrivée
2 - Mare à 52,94 milles du premier
3 - Tales Santander 2014 à 63,85 milles du premier

MULTI 50
1 - FenêtréA Cardinal arrivé le 22/11/13 à 6h40mn 15s HF
2 - Actual arrivé le 22/11/13 à 11h47mn 30s HF
3 - Rennes Métropole / Saint-Malo agglomération arrivé le 27/11/13 à 05h43mn 06s HF

IMOCA
1 - PRB arrivé le 24/11/13 à 13h41min47s HF
2 - SAFRAN arrivé le 24/11/13 à 17h 43min 23s HF
3 - Maitre CoQ arrivé le 24/11/13 à 18h 15min 07s HF

MOD70
1 - Edmond de Rothschild arrivé le 18/11/13 à 18h03mn 54s HF
2 - Oman Air-Musandam arrivé le 18/11/13 à 23h 04mn 09s HF

Comment suivre la course

HORAIRE DES VACATIONS (heure française)
11h30-13h15 – en live sur le site internet
Vacation avec les leaders et la moitié de la flotte des quatre classes engagées.

LES POSITIONS
Les positions seront disponibles sur le site internet à 5h, 8h, 11h, 14h, 17h et 20h HF.

Monocoque 60' :
Virbac-Paprec
Jean-Pierre DICK & Jérémie BEYOU
15j 18h 15min 54sec

Multicoque 50' :
Actual
Yves LE BLEVEC & Samuel MANUARD
17j 17h 7min 43sec

Class 40' :
Aquarelle.com
Yannick BESTAVEN
& Éric DROUGLAZET
21j 17h 59min 8sec

Related Articles

Sailing in the Olympics beyond 2016 - A double Olympic medalist's view
Bruce Kendall takes a look at what he believes Sailing needs to do to survive beyond the 2016 Olympics. Gold and Bronze medalist and multiple world boardsailing/windsurfer champion, Bruce Kendall takes a look at what he believes Sailing needs to do to survive beyond the 2016 Olympics. A key driver is the signalled intention by the International Olympic Committee to select a basket of events that will be contested.
Posted today at 12:16 pm
Kosinska to hit out against the Hyeres heavy metal in 2016 Olympic bid
Natalia Kosinska (NZL) will face a star-studded field in the Womens RS:X event at Hyeres later this week. 2016 Olympic aspirant, Natalia Kosinska (NZL) will face a star-studded field in the Womens RS:X event at the third round of the Sailing World Cup Hyeres.
Posted on 26 Apr
America's Cup - Oracle Racing win in Court but with collateral damage
Oracle Racing have had another claim against them by a former crew member dismissed. Oracle Racing have had another claim against them by a former crew member dismissed. Mitchell focussed largely on the circumstances of the matter and introduced into the public arena some interesting documents to support his claims.
Posted on 23 Apr
Rio2016 - Winther hits ball firmly into Olympic selectors' court
2012 Olympic representative, Sara Winther has made a strong bid for inclusion in the 2016 NZ Olympic Sailing Team 2012 Olympic representative, Sara Winther has made a strong bid for inclusion in the 2016 NZ Olympic Sailing Team finishing 11th in the 2016 Laser Radial World Championships in Mexico. Running a self-funded campaign which took in the Princesca Sofia Regatta in Palma, Spain followed by the World Championship on Banderas Bay, Mexico, Winther placed 11th overall and 10th country.
Posted on 21 Apr
Sailing World Cup Hyeres - Kosinska flies out in RS-X Olympic bid
Women's RS:X Windsurfer sailor, Natalia Kosinska (NZL) flew out of Auckland today for the Sailing World Cup Hyeres Women's RS:X Windsurfer sailor, Natalia Kosinska (NZL) flew out of Auckland today for the Sailing World Cup Hyeres, in her final attempt to gain NZ Olympic selection. Kosinska has been training in her own program in New Zealand with the 2015 Women's World Champion, Chen Peina (CHN) in the RS:X Windsurfer, and Zhichao Zhang the Men's #4 at the 2015 Worlds in Oman
Posted on 18 Apr
Laser Radial Worlds - Winther makes top three in final Qualifying race
2012 Olympic Representative, Sara Winther continues to improve at the 2016 Laser Radial Worlds 2012 Olympic Representative, Sara Winther continues to improve at the 2016 Laser Radial Worlds and has moved up the leaderboard to be in 12th place at the end of the shortened Qualifying Round. She placed third in the only race sailed today and continues to improve as the regatta progresses, and her confidence builds.
Posted on 18 Apr
Laser Radial Worlds - Winther scores three single digit places - Day 3
New Zealand 2012 Olympic representative, Sara Winther has advanced three places up the points table New Zealand 2012 Olympic representative, Sara Winther has advanced three places up the points table at the 2016 Laser radial Worlds being sailed in Mexico. She now lies in 15th place overall after three days of racing. She achieved single digit scores in the three races sailed today, despite hitting marks in two races and having to perform penalty turns.
Posted on 17 Apr
Laser Radial Worlds - Kiwis locked in Olympic selection fight - Day 2
The points gap has narrowed between the two elading New Zealand contenders for 2016 Olympic selection The points gap has narrowed between the two lading New Zealand contenders for 2016 Olympic selection in the Womens Singlehanded Laser Radial class.
Posted on 16 Apr
Laser Radial Worlds - Winther off to a handy start in light airs
Sara Winther has got away to a handy start to the 2016 Laser Radial Worlds, being sailed in Nuevo Vallarta, Mexico. Sara Winther has got away to a handy start to the 2016 Laser Radial Worlds, being sailed in Nuevo Vallarta, Mexico. She is best placed of the three New Zealand competitors in the regatta, lying in 22nd overall after two races were sailing the Qualifying Round.
Posted on 15 Apr
Children of the Internet, Rio and Hong Kong
I have four daughters, the youngest, who in her mid 20's is a true child of the Internet. I have four daughters, the youngest, who in her mid 20's is a true child of the Internet. The kind of conversations I have with her run along these lines.... In the olden days we did not have television until I left school and they had a thing called print magazines, that reported events between two weeks and four months after they happened. And her sceptical response... Hoh! Daddy, Hoh!
Posted on 14 Apr
Sailutions - GenericZhik SeabootInSunSport - NZ