Please select your home edition
Edition
Bakewell-White Yacht Design

Spindrift 2 a déclenché le chrono de la Route de la Découverte

by Virginie Bouchet on 31 Oct 2013
Spindrift 2 in action Chris Schmid/Spindrift Racing
Spindrift 2, le plus grand trimaran de course au monde a franchi ce mercredi 30 octobre à 15 heures, 19 minutes, 34 secondes heure TU (16 heures, 19 minutes, 34 secondes heure française), la ligne de départ de la Route de la Découverte, à la poursuite du record sur la distance Cadix - San Salvador aux Bahamas, via les Canaries, établi en 2007 par Franck Cammas et le Maxi trimaran Groupama 3.

Dona Bertarelli, Yann Guichard et leurs douze hommes d'équipage devront franchir la ligne d'arrivée avant Jeudi 7 novembre, à 02 heures, 17 minutes et 27 secondes TU (à 03 heures,17 minutes, 27 secondes heure française), pour améliorer le temps référence actuel de 7 jours 10 heures 58 minutes et 53 secondes, ( à 21,70 noeuds de moyenne). Après quatre mois de prise en main, toute l'équipe Spindrift racing aborde avec cette tentative une nouvelle dimension dans l'aventure collective initiée par Dona et Yann. Cette Route de la Découverte constitue en effet une première pour le trimaran sur la distance et une première aventure transatlantique pour Dona Bertarelli. Entourée d'un équipage de haute volée, subtile alchimie d'hommes expérimentés et de jeunes talents, la navigatrice suisse va bénéficier d'une « bonne » fenêtre météo.


En stand by à Portimao dans le sud du Portugal depuis le 7 octobre, Spindrift 2 profite aujourd'hui de la première opportunité sérieuse à se présenter après un long épisode dépressionnaire sur le proche Atlantique. Le maxi trimaran va plonger dès les premiers milles de course dans un fort flux de secteur nord qui va le propulser vers Gran Canaria, marque qu'il laissera à tribord après avoir effectué un certain nombre d'empannages sur une mer toujours agitée par les récentes successions de coups de vent. 'Le bateau est prêt, l'équipage est prêt, et l'excitation du départ nous a progressivement gagné' raconte Dona Bertarelli. 'Une belle fenêtre météo se présente au terme de trois semaines d'intenses préparations. Les conditions sont réunies sur l'Atlantique pour que Spindrift 2 accroche ce record. Il reste très long dans sa distance et il demeure bien naturellement encore quelques incertitudes tout au long du parcours' explique Yann ; 'Si la situation s'est éclaircie en ce qui concerne la zone d'arrivée aux Bahamas, avec ce vent de nord bien soutenu, il nous faudra composer avec un col barométrique au terme du cinquième ou sixième jour de course, une zone de transition à savoir intelligemment gérer…'

Spindrift 2 va donc dès les tout premiers milles affronter des conditions de mer difficiles, 'Rien d'insurmontable' assure Dona, 'mais de la mer et des creux peu favorables à la très haute vitesse… '. Le vent sera portant, un peu trop dans l'axe de la route du trimaran, et c'est en tirant des bords de portant que les hommes de Yann et Dona vont, au bout d'une trentaine d'heures scandés par de nombreux empannages, rallier Gran Canaria ; 'Nous serons alors proches des côtes de Mauritanie' poursuit Dona, 'et il nous faudra être vigilant au trafic, embarcations de pêche, et autres caboteurs… d'autant que la lune sera totalement absente. Ces premières heures seront stressantes et mobiliseront toute l'attention et la concentration de l'équipage. Nous nous attendons à ne guère prendre de repos et à ne pas pouvoir respecter les rythmes de quart préalablement décidés, tout le monde sera sur le pont!' Suivront trois belles journées d'alizé, durant lesquelles Spindrift 2 pourra donner sa pleine mesure. « C'est là, et seulement à partir de là, que nous serons vraiment sereins' précise Yann Guichard.


'Notre route passera par le nord afin de conserver le meilleur angle au vent.' S'ouvrira ensuite un chapitre hautement stratégique de cette course contre la montre avec la quête du meilleur passage d’un système à l'autre. 'La collaboration et les échanges entre notre routeur à terre Richard Silvani, Erwan Israel (navigateur) et moi-même seront intenses' précise Yann. 'C'est la partie du jeu la plus incertaine et la plus passionnante 'insiste Dona. 'C'est la phase du parcours qui recèle le plus d'inconnues, et il faudra se montrer inspiré pour conserver toutes nos chances…'

Cette Route de la Découverte constitue donc le premier grand défi océanique de Spindrift 2 et de ses quatorze hommes et femmes d'équipage, déjà vainqueurs (en temps réel) l’été dernier de la Rolex Fastnet Race. Si la vigilance à la sécurité demeure le crédo de Dona et Yann, l'envie d'en découdre et de conclure ces trois longues semaines de stand by par une cavalcade victorieuse irradie chez chacun des 12 hommes d'équipage explique Dona. 'Nous partons pour appliquer tous les préceptes mis en place depuis des semaines, soins aux manœuvres, bonne gestion du matériel et des hommes, communication entre les quarts… sécurité. Ce record est très long, comparé au record de l'Atlantique Nord (3 jours 19 heures nda), et il va falloir être bon dans la durée…' Un record vécu comme une aventure collective par un groupe choisi et formé sur son talent, mais aussi sur sa capacité à bien vivre en mer, à bien vivre la mer. 'C'est une fierté pour Dona et moi de partir dans ce premier voyage, dans cette première aventure pour le collectif Spindrift racing,' souligne Yann. 'C'est ma 11ème traversée de l'Atlantique, et tout me semble différent. La pression est positive et si gérer un tel groupe n'est pas anodin, cette aventure partagée est pleine du charme des grandes premières. Remporter ce challenge serait une belle récompense pour tous les membres de l’équipe, embarquée comme terrestre, qui a œuvré pour ce projet…'



























































































































































































.

Zhik Isotak Ocean 660x82Bakewell-White Yacht DesignBarz Optics - San Juan Worlds Best Eyewear

Related Articles

Jules Verne Trophy - Long live the trade winds
The maxi-trimaran IDEC Sport should start to feel the effect of a NE’ly wind in the next few hours. Slowed down for the past 36 hours around the Equator in a large area of calms associated with the Doldrums, the maxi-trimaran IDEC Sport should start to feel the effect of a NE’ly wind in the next few hours.
Posted on 21 Jan
Jules Verne Trophy - Final hours in the South Atlantic
IDEC Sport Maxi trimaran will soon be leaving South Atlantic. Francis Joyon should be sailing into Northern Hemisphere The IDEC Sport Maxi trimaran will soon be leaving the South Atlantic. Francis Joyon and his crew of five should be sailing into the Northern Hemisphere early this evening.
Posted on 20 Jan
Jules Verne Trophy - The charm of the tropics
IDEC Sport is less than 1000 miles from entering the Northern Hemisphere. IDEC Sport is less than 1000 miles from entering the Northern Hemisphere. At 17°S this morning, the big red and grey trimaran is climbing back up the Atlantic pushed along by the Brazilian trade winds, which are allowing Francis Joyon and his men to keep up an average of 25 knots as they continue in their attempt to grab the Jules Verne Trophy.
Posted on 19 Jan
Jules Verne Trophy – IDEC Sport heads due north
IDEC SPORT is heading due north at speeds varying between 25-30 knots, as they make their way towards the Equator Fine weather and calm seas off the coast of Brazil. After picking up the trade winds last night, on the 33rd day of racing against the clock, IDEC SPORT is heading due north at speeds varying between 25-30 knots, as they make their way towards the Equator, which they are expecting to cross in three or four days.
Posted on 17 Jan
Jules Verne Trophy - From peaceful calms to pleasant trade winds
After 24 hours in frustrating calms IDEC Sport is now being pushed along by the trade winds. After 24 hours in frustrating calms, which nevertheless afforded them the opportunity to recharge their batteries, sailing 800 miles off the coast of Brazil approaching the latitude of Rio de Janeiro, IDEC Sport is now being pushed along by the trade winds.
Posted on 17 Jan
Book Wildwind Bank Holiday breaks early - and make wild savings!
If you are thinking of taking a holiday in Vassiliki over the May Whitsun bank holiday period then please read this. If you are thinking of taking a holiday at our Vassiliki centre over the May Whitsun bank holiday period then please read this. Every year, just a few weeks before the May Whitsun Bank holiday we receive a large number of rather last minute requests for our holidays on this particular week.
Posted on 17 Jan
Jules Verne Trophy - A welcome rest
Blue skies, sunshine, mild temperatures… It was a quiet fifth Sunday for the crew of the IDEC Sport Maxi Trimaran Blue skies, sunshine, mild temperatures… It was a quiet fifth Sunday for the crew of the IDEC Sport Maxi Trimaran, which they used to get some rest and carry out a few odd jobs. It was slow sailing in an area of light winds off the South of Brazil, but Joyon’s men also needed to remain vigilant and react quickly to any wind shifts.
Posted on 17 Jan
15th Royal Langkawi International Regatta - Day 5
Day 5 of the 15th Royal Langkawi International Regatta greeted the sailors again with very calm weather conditions. Day 5 of the 15th Royal Langkawi International Regatta greeted the sailors again with very calm weather conditions. The Race Committee went out at 8 am searching for wind. By 10.30am the wind had picked up enough for the Principle Race Officer Simon James to quickly set up a course.
Posted on 15 Jan
15th Royal Langkawi International Regatta - Day 4
It started promisingly with enough wind to set course and fleet finally got flagged off at 9.40 am with six knts of wind After yesterday's cancelled races, today Principal Race Officer Simon James took the decision to go to the east coast of Langkawi to 'find wind'. It started promisingly with enough wind to set a course and the fleet finally got flagged off at 9.40 am with six knots of wind.
Posted on 14 Jan
Jules Verne Trophy - Getting a lift off Argentina
Francis Joyon and his men sailing to the NW of the Falklands have enjoyed a good morning. And they’re off again! While they had to wait a short while for the low-pressure system to leave Argentina, Francis Joyon and his men sailing to the NW of the Falklands have enjoyed a good morning. The wind has built from the starboard stern of the IDEC Sport maxi-trimaran, which is back up to high speeds again.
Posted on 14 Jan