Please select your home edition
Edition
Southern Spars

Le jeu des extrêmes

by Service presse de La Generali Solo on 30 Sep 2013
Nicolas Lunven © Alexis Courcoux
Les 15 concurrents encore en course (abandons de Yoann Richomme et Nicolas Lunven *) ont paré la marque au nord de Minorque peu après minuit, au terme d'un long bord de reaching tonique et humide qui s'est terminé dans 30 noeuds et sous un ciel zébré d'éclairs.

Ce matin, le décor avait radicalement changé. Au large des côtes espagnoles, le vent a déserté et la flotte tire péniblement des bords au près, à trois noeuds de moyenne. En tête, c'est le pugilat entre Gildas Morvan (Cercle Vert), Adrien Hardy (Agir Recouvrement) et Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012). La plupart des marins n'ont pas fermé l'oeil depuis le départ de Barcelone hier après midi.

Méditerranée, mer de contrastes. Les solitaires engagés dans cette deuxième étape de La Generali Solo en ont ici un petit aperçu. Hier soir, ils étaient au largue serré, sous spi, filant à plus de 10 nœuds dans les vagues, pour rejoindre la première marque de parcours au nord de Minorque (toute la flotte est passée en 40 minutes). Ce matin, au grand large des côtes espagnoles, ils peinent dans les calmes, face au vent. C'est la fameuse « zone de transition » que les marins s'apprêtaient à traverser à ce stade du parcours, en attendant l'établissement progressif d'un flux de nord-ouest. Après la course de vitesse de la veille, c'est une partie plus stratégique qui s'engage, avec l'obligation, toutefois, de rester en veille.


Pas dormi, pas mangé
Car la plupart d'entre eux n'ont pas fermé l'œil de la nuit. Joint à la vacation ce matin, Adrien Hardy (Agir Recouvrement) confiait ne pas avoir dormi, ni mangé, être resté constamment sur le pont de son bateau. Même aveu de la part de Gildas Morvan, qui n'a pas lâché la barre depuis le départ.

Redoutable hier dans sa capacité à aller vite au reaching, le skipper de Cercle Vert est l'homme de tête de ce début d'étape. Mais depuis les premières heures du jour, les attaques fusent de toute part. Ses plus proches adversaires, Adrien Hardy et Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012) se sont légèrement décalés au large. Dans son axe, 1,5 mille derrière, Frédéric Duthil (Sepalumic) et Anthony Marchand (Bretagne- Crédit Mutuel Performance) se livrent un sacré duel. A surveiller aussi la position des deux hommes qui se sont décalés à terre : Paul Meilhat (Skipper Macif 2011) et plus extrême encore, Thierry Chabagny (Gedimat).

Chacun espère avoir réussi son coup pour toucher le premier les prémices du nouveau vent (secteur nord puis nord ouest). Ce n'est qu'une fois installé, que les solitaires pourront s'octroyer quelques siestes. D'ici là, il faut continuer à faire avancer les bateaux et rester à l'affût des risées. Une partie de la flotte s'est faite décrocher hier. Les derniers sont désormais relégués à plus de sept milles de la tête de course. Jean-Paul Mouren (MarseillEnreprise), victime de problèmes de pilote automatique, ferme la marche à neuf milles des leaders.


Deux abandons
Ils ne sont plus que 15 à se bagarrer dans cette étape. Après l'abandon de Yoann Richomme (DLBC) hier après midi (barre de flèche cassée), Nicolas Lunven (Generali) a déclaré forfait hier soir, après s'être blessé à la cheville gauche pendant une manœuvre. Le skipper de Generali ne souffre pas lorsque sa jambe est au repos. Il est en sécurité et fait route vers Frontignan où il prendra une décision sur la suite des événements, après avoir consulté un médecin.

Ils ont dit
Gildas Morvan (Cercle Vert): ' On est arrivé à Minorque assez vite avec du sud ouest assez fort, jusqu'à 28 nœuds. On était sous génois et sous spi. A la sortie de Minorque on était encore sous spi à 5 nœuds. Depuis le vent a molli et c'est très faible. On est au près dans du vent de Nord. L'objectif c'est d'aller assez vite pour choper le nouveau vent. Ce n'est pas facile de dormir dans ces conditions, il a fallu barrer constamment. On espère avoir du vent un peu plus stable pour aller dormir un peu. J'ai réussi à manger un peu, à boire quelques cafés donc ça va. On tient le choc ! Adrien Hardy n'est pas loin de moi et Fabien Delahaye n'est pas très loin non plus. Tout à l'heure on a eu une zone de transition entre sud ouest et vent de nord, une bonne bande nuageuse est passée ! Depuis ça s'est découvert, c'est dégagé et il n'y a pas beaucoup de vent'.

Adrien Hardy (Agir Recouvrement): 'On a quitté Barcelone avec du vent et rejoint Minorque rapidement. C'était assez tonique. Je suis content, ça s'est bien passé pour moi. C'était un grand bord de vitesse. Je suis passé deuxième et puis j'ai rattrapé Gildas (Morvan) juste après le passage de Minorque, après l'empannage. Maintenant on est dans du vent très très faible. Actuellement j'avance à deux nœuds. Depuis le départ de Barcelone jusqu'à Minorque, je n'ai pas lâché la barre du tout, je ne suis pas rentré dans le bateau, je n'ai pas mangé. Depuis une heure, même s'il faudrait être à la barre pour faire avancer le bateau, j'essaie de me reposer. C'est quand même important d'être dessus parce que là c'est une zone de transition qui va durer quelques heures et ensuite le vent devrait rentrer par devant. Il faut s'appliquer à faire marcher le bateau. Il y a pas mal de monde autour de moi'.

Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012): 'On a eu une nuit ventée jusqu'à il y a à peu près 1h30 2h, pour aller jusqu'à Minorque. On a fait deux bonnes heures de spi dans 25 nœuds voire 30. Ca envoyait bien ! J'ai fait un bon coup au passage de la bouée : j'ai empanné, affalé le petit spi et renvoyé le grand spi et je suis revenu sur la tête de flotte. C'était très orageux cette nuit et on est passé dans le nouveau régime. C'est changement d'ambiance, mais depuis qu'on est au près j'essaie de me reposer. C'est la première fois depuis le début de la course qu'on a du vent, en plus on a fait ça de nuit. C'était très orageux mais malgré tout c'était gérable. Il y a eu beaucoup d'éclairs, on n'a entendu aucun bruit par contre c'était bourré d'éclairs partout autour de nous. On a slalomé entre les orages. Là on ne sait pas où ça va passer. J'essaie de viser la sortie par le nord est, j'espère que ça va payer. Je suis bord à bord avec Cercle Vert et avec Agir Recouvrement. L'avenir c'est sortir de cette transition, récupérer le vent de nord qui va adonner progressivement et nous permettre de viser Port Cros'.


Nicolas sur son téléphone iridium dimanche à 23 heures: « Juste après la tombée de la nuit, j'étais en train de préparer un changement de voile. J'étais dans le cockpit, debout, le génois dans les bras quand j'ai été déséquilibré par une vague. Ma cheville gauche a été prise en porte à faux, peut-être que j'avais le pied en équilibre sur le cale-pied. J'avais déjà une gêne, un problème de fragilité de ligament sur cette cheville depuis cet été. Quand je suis au repos à la table à carte ça va, je n'ai pas mal et j'ai pris des antidouleurs. Mais manœuvrer avec 25 nœuds de vent, se déplacer dans le bateau, c'est la galère. Alors j'ai pris la décision de faire route vers Frontignan. Je ne me sentais pas d'aller jusqu'à Beaulieu, ni de faire les petits parcours en baie là-bas avec une cheville fragilisée. Je ne suis pas en mesure d'empanner un tangon ou d'installer un génois. Je suis actuellement à 180 milles de Frontignan, dans 25 nœuds d'ouest-sud-ouest. La mer est très maniable. Le vent va mollir et je pense arriver à Frontignan dans la nuit de lundi à mardi. Une fois là-bas, je verrai un médecin et je prendrai une décision pour la suite. Je suis déçu. Je savais que j'avais ce passif à la cheville et j'avais ça comme une épée de Damoclès au dessus de la tête. »

Barz Optics - Melanin LensesInSunSport - NZBakewell-White Yacht Design

Related Articles

Rio 2016 - The Qualification Games - Part 2
Yachting NZ's refusal to nominate in three classes won in the first round of 2016 Olympic Qualification is unprecedented Yachting New Zealand's refusal to nominate in three classes won in the first round of 2016 Olympic Qualification is without precedent. Subject to Appeal, the Kiwis have signaled that they will reject 30% of the positions gained in the ISAF World Sailing Championships in Santander in 2014.
Posted on 22 May
Gladwell's Line - World Sailing changes tack after IOC windshift
Over the past year, we've given the International Sailing Federation (now re-badged as World Sailing) a bit of stick Over the past year, we've given the International Sailing Federation (now re-badged as World Sailing) a bit of stick. Every blow well earned over issues such as the pollution at Rio, the Israeli exclusion abomination plus a few more. But now World Sailing is getting it right.
Posted on 21 May
Rio 2016 - The Qualification Games - Part 1
Antipodean selection shenanigans aside, the Qualification system for the Rio Olympics appears to be achieving its goals Antipodean selection shenanigans aside, the Qualification system for the Rio Olympics appears to be achieving goals set in the Olympic Commission report of 2010. Around 64 countries are expected to be represented in Rio de Janeiro in August. That is a slight increase on Qingdao and Weymouth, but more importantly a full regional qualification system is now in place
Posted on 19 May
Taming the beast-a conversation with Stuart Meurer of Parker Hannifin
While AC72 cats were fast, they difficult to control, so Oracle partnered with Parker Hannifin to innovate a better way. If you watched videos of the AC72s racing in the 34th America’s Cup (2013), you’re familiar with the mind-boggling speeds that are possible when wingsail-powered catamarans switch from displacement sailing to foiling mode. While foiling is fast, there’s no disguising the platform’s inherent instability. Now, Oracle Team USA has teamed up with Parker Hannifin to innovate a better way.
Posted on 18 May
From foiling Moths to Olympic starting lines-a Q&A with Bora Gulari
Bora Gulari’s is representing the USA at the Rio 2016 Olympics in the Nacra 17 class, along with teammate Louisa Chafee. Bora Gulari (USA) has made a strong name for himself within high-performance sailing circles, with wins at the 2009 and 2013 Moth Worlds. In between, he broke the 30-knort barrier and was the 2009 US SAILING Rolex Yachtsman of the Year. His latest challenge is representing the USA at the Rio 2016 Olympics in the Nacra 17 class as skipper, along with his teammate Louisa Chafee.
Posted on 12 May
Concern for Zika at Rio Olympics is now deadly serious
Alphabet soup is one description that has thus far not been used for either Guanabara Bay, Alphabet soup is one description that has thus far not been used for either Guanabara Bay, or the Rio Olympics. Many others have, and they were apt, but things have changed. So here now we have a situation where one man, Associate Professor Amir Attaran, who does have a more than decent string of letters after his name, is bringing nearly as many facts to bear as references at the article's end
Posted on 12 May
The importance of being Alive
Since buying the stunningly pretty Reichel-Pugh canting keel 66-footer, and re-naming her Alive, Since buying the stunningly pretty Reichel-Pugh canting keel 66-footer, and re-naming her Alive, the team have lined up for a lot of things, won plenty and nabbed a record, as well. She’s presently in a yard in the Philippines having a minor refit in readiness for the Australian season. It will commence with the upcoming Brisbane to Keppel and then head sharply into this year’s Hobart.
Posted on 10 May
Zhik - The brand born of a notion, not its history
here is probably every reason that ocean rhymes with notion. Zhik’s tagline is officially marketed as Made For Water There is probably every reason that ocean rhymes with notion. Zhik’s tagline has been officially marketed as Made For Water, and this is precisely what the company has done for the last eight years before the succinct and apt strapline came from out of R&D and into mainstream visibility.
Posted on 8 May
Shape of next Volvo Ocean Race revealed at Southern Spars - Part 1
Southern Spars has been confirmed as the supplier of spars for the 2017-18 Volvo Ocean Race. In mid-April, Race Director, Jack Lloyd and Stopover Manager Richard Mason outlined the changes expected for the 40,000nm Race during a tour of Southern Spars 10,000sq metre specialist spar construction facility. A total of up to seven boats is expected to enter, but time is running out for the construction of any new boats.
Posted on 3 May
Sailing in the Olympics beyond 2016 - A double Olympic medalist's view
Bruce Kendall takes a look at what he believes Sailing needs to do to survive beyond the 2016 Olympics. Gold and Bronze medalist and multiple world boardsailing/windsurfer champion, Bruce Kendall takes a look at what he believes Sailing needs to do to survive beyond the 2016 Olympics. A key driver is the signalled intention by the International Olympic Committee to select a basket of events that will be contested.
Posted on 29 Apr