Please select your home edition
Edition
Fever-Tree 728x90

Jour 5 - Spindrift 2 sous les 1000

by Virginie Bouchet on 5 Nov 2013
Spindrift 2 Chris Schmid/Spindrift Racing
En son 5ème jour de course, le maxi trimaran Spindrift 2 de Dona Bertarelli et Yann Guichard entame ce matin les derniers 1 000 milles d'un parcours qui au départ de Cadix en comptait théoriquement, et sur une route directe, 3 884.

Les longs bords alizéens ont déjà permis au Maxi Tri de cumuler 3 350 milles au compteur, à la stupéfiante vitesse de 29,9 noeuds de moyenne, soit 25,7 noeuds sur la route directe théorique! Autant dire que ces deux premiers tiers de course, dans un scénario quasi idéal de vents d'est nord est bien soutenus, ont permis au plus grand trimarans du monde et à ses 14 hommes et femme d'équipage de s'exprimer au mieux de leur fantastique potentiel.

Mais Dona et ses 13 découvreurs ont dévoré une bonne partie de leur pain blanc, et c'est une phase hautement stratégique qui s'ouvre aujourd'hui, dans un vent allant faiblissant. Finies pour l'heure les longues glissades en limite des 40 nœuds au speedomètre. L'heure est au placement, à la trajectoire efficace, au toucher de barre, dans un vent de plus en plus mou à l'approche de ce fameux col barométrique évoqué par les spécialistes, une zone de transition entre deux systèmes ventés, qu'il va falloir traverser pour atteindre des flux puissants en activité le long du continent nord américain. Yann Guichard, Dona Bertarelli et Erwan Israel, qui constituent la cellule du bord chargée de la navigation, en concertation avec Richard Silvani de Météo France à terre, ont longuement cogité leur affaire durant toute la journée d'hier. La décision d'emprunter une route au plus près de l'ortho, la plus directe vers la marque s'est imposée d'elle même. 'Faire de l'ouest le plus rapidement possible', tel est le mot d'ordre de Yann pour les 20 heures à venir. 'Une zone de 'molle' de près de 400 milles de long nous sépare du prochain système venté. Il n'ya plus à se poser de question. Il faut avancer le plus vite possible au plus près de l'ortho.'

La vie à bord de Spindrift 2 a ainsi singulièrement changé en quelques heures. Aux milles facilement gagnés quand le grand oiseau noir, blanc et or volait à plus de 30 noeuds en équilibre sur la crête des vagues, succède une progression plus laborieuse, où l'inertie des 25 tonnes du géant lutte dans moins d'une dizaine de noeuds de vent, quand les orages ne viennent pas, comme ce fut le cas cette nuit, compliquer davantage encore la vie de l'équipage avec ces brusques changements de force et de direction du vent sous les grains. 'Il faut cravacher, profiter de la moindre risée pour gagner dans l'ouest' martèle Guichard. 'La mer s'est bien aplanie, et nous sommes exactement sur la route. L'attention aux réglages est maximum, et si nous n'avons rien changé à notre rythme de vie et de quart, on sent bien que chacun veille au grain, au détail qui facilite le jeu de plus en plus fin des barreurs.'

Point d'inquiétude majeure dans l'ambiance amicale et professionnelle du bord. Mais chacun est désormais bien conscient que les 300 et quelques milles d'avance ne seront pas de trop au moment du décompte. Un moment que Guichard se refuse pour l'heure à préciser. 'Nous avons encore deux bonnes journées devant nous. Difficile d'être plus précis à cet instant.' C'est donc une journée cruciale qui s'avance. Spindrift 2, plus grand trimaran de course au monde, est confronté aux conditions les moins adaptées à sa carrure de dévoreur d'océans. 'Notre fort tirant d'air (47 mètres ndlr) nous permet d'aller chercher les flux loin en hauteur, car au ras de l'eau, il n'y a plus beaucoup d'air' précise Yann. Dans la chaleur moite de latitudes encore très chaudes en cette saison, Spindrift 2 écrit une nouvelle partition de sa belle aventure sur les traces de Christophe Colomb, plus tendue celle là, plus nerveuse, certainement plus exigeante mentalement. 'A fond, jusqu'à la ligne' ponctue Yann Guichard.

Mot de la nuit:

Bonsoir,

27°52.25N, 54°45.30W, quelque part au milieu de l'Atlantique, le Maxi Spindrift2 file dans sa cinquième nuit noire. En effet depuis le début de cette tentative de record sur la route de la Découverte, les nuits sont totalement noires, sans aucune lune pour éclairer ce vaste terrain de jeu. Alors les marins de Spindrift2 scrutent le ciel et le radar pour déceler les grains, pendant que le barreur se fie à ses sensations d'équilibre de barre et aux gros nombres rouges qui défilent sur les compteurs pour maintenir la bonne allure. Et oui, depuis deux nuits la météo nous propose quelques pièges en nous mettant sur la route des phénomènes de grains qui, en fonction de notre positionnement par rapport à eux, tuent le vent ou le renforcent subitement. Veille et réactivité sont donc les maitres mots à bord. Bonne fin de nuit. Xavier

A 9h00 (10h00 heure Paris) ce matin, Sprindrift 2 dispose d'une avance de 317,07 milles sur le temps de Spindrift Racing
PredictWind.comSouthern Spars - 100Zhik AkzoNobelb 660x82

Related Articles

Maxi Yacht Rolex Cup – Building on success
Pulses look set to race once again at the Mediterranean’s greatest festival of big boat competition. As usual, this year’s fleet will be grouped into classes depending upon several factors, including size, rating and racing capabilities. Within the smaller participating yachts, between 18.29 metres and 24.08 metres, the sub-division promotes close and fair racing under the prevailing handicap systems.
Posted on 22 Aug
Top Gun caught in Rushour at Audi Hamilton Island Race Week
With a nasty crack in the port hull and taking on water, they lowered sails, started the engine and headed for Hamilton The IRC Racing fleet led off, Peter Harburg’s Black Jack 100 in control of the small but potent division from the outset, and rolling starts every five minutes saw the remaining divisions set off on their scenic island course
Posted on 22 Aug
JATO ignited as SuperFoiler prepares for take off (Pt I)
When small military transports have to take off from impossibly short runways with a belly full of cargo When small military transports have to take off from impossibly short runways with a belly full of cargo akin to Mr. Creosote, they reach for the JATO bottles. Aircraft like C-7 Caribous and LC130 Hercules strap rockets, yes rockets, to the underside of their wings to gain valuable extra thrust, which surely helps keep the pilots' heart rates below the red line.
Posted on 22 Aug
Spectacular race expected as Extreme Sailing Series returns to Cardiff
The fleet of seven GC32s will include British-flagged wildcard entry Team Extreme Wales, skippered by Stevie Morrison. The ultimate Stadium Racing championship will headline the Cardiff Harbour Festival over the August Bank Holiday, with the free-entry Fan Zone, located next to the Norwegian Church, offering the perfect place to catch a glimpse of the thrilling racing.
Posted on 21 Aug
Oman Air hopes history will repeat at Extreme Sailing Series Cardiff
Fresh from back-to-back victories, the Oman Air head to Cardiff this week aiming to maintain 100 percent winning streak It is an unrivalled sequence of success the current Oman Air crew will want to continue as they set out to reinforce their position on top of the overall series leaderboard.
Posted on 21 Aug
Oman Air moves top of overall Extreme Sailing Series™ leaderboard
Oman Air took its second Act victory in a row in a finale, despite last minute pressure from SAP Extreme Sailing Team. Oman Air took its second Act victory in a row in a thrilling Hamburg finale, despite last minute pressure from SAP Extreme Sailing Team. The triumph sees the Omani syndicate move into pole position in the overall rankings.
Posted on 14 Aug
Oman Air goes top of Extreme Sailing Series after a dramatic victory
Oman Air team have taken the overall lead after clinching victory at the latest Hamburg event on a dramatic final day. Having led from the start of the German regatta, the crew of the high-speed GC32 catamaran saw their lead whittled away on the last day to a single point before a race win – only their third of the Act – gave them a narrow lead going into the double-points finale.
Posted on 13 Aug
Aarhus offers taste of Championships to come
It is a truth universally acknowledged in the boat park, that while some classes are talking tech or weather It is a truth universally acknowledged in the boat park, that while some classes are talking tech or weather, the windsurfers are finding out where to eat and chill out. But when it is competition time they are as fierce as anyone and the men’s RS:X at The Hempel Sailing World Championships Aarhus Denmark 2018 Test Event whetted the appetite for the battles to come here in a year’s time.
Posted on 13 Aug
Extreme Sailing Series – Oman Air stays ahead while the rest reshuffle
Oman Air maintained its lead while Red Bull Sailing Team climbed from bottom of the table to second after seven races Four second places and three fifths were enough to keep Oman Air ahead by a comfortable margin while the rest of the fleet took part in a game of snakes and ladders, resulting in a leaderboard reshuffle.
Posted on 13 Aug
Oman Air extend the lead over Extreme Sailing Series rivals in Hamburg
The Oman Air team of Robertson, Pete Greenhalgh, Nasser Al Mashari, James Wierzbowski and Ed Smyth have 92 points With five different winners from the seven races run on the tight River Elbe courses in the heart of the German port city, consistent sailing saw Oman Air take an eight point advantage into Sunday’s finale of the four-day regatta.
Posted on 12 Aug