Please select your home edition
Edition
Barz Optics - Floaters

Generali Solo - Une journée cuisante

by Marie Le Berrigaud Perochon on 8 Oct 2013
Passage de la Cassidaigne pour les Figaros lors de la 3eme etape entre Beaulieu sur Mer et Sete lors de la Generali Solo 2013 Alexis Courcoux
Soleil de plomb, tout petits airs et haute dose de concentration étaient au menu de ce deuxième jour de mer le long des sublimes côtes du sud de la France. A la mi-journée, les 16 solitaires ont passé la marque de la Cassidaigne (devant Cassis). Emmenés par Gildas Mahé (Ports d'Azur-Interface Concept) ils tirent des bords au près en direction de l'Espagne dans un vent de sud-ouest famélique. 3 noeuds de moyenne. A cette vitesse, le prochain objectif paraît bien loin : le petit archipel des Mèdes, distant de 122 milles.

Les côtes varoises, puis celles de Provence, les îles des Calanques…les 16 solitaires ont eu le temps aujourd'hui d'admirer le paysage superbe qui se déroulait devant eux comme un lent travelling. Cette deuxième journée de mer dans le tout petit temps a pu paraître interminable à certains. Tout a commencé au lever du jour devant le cap Sicié.

Le vent est tombé et la flotte, sous spi, s'est très vite regroupée, occasion d'un nouveau départ au portant entre 13 concurrents. Cet épisode était aussi le début d'une très longue matinée. Les premiers ont mis 5 heures pour parcourir les 15 milles jusqu'à la Cassidaigne, soit 3 nœuds de moyenne. A 12h39, c'est le vainqueur de la première grande étape de ralliement, Gildas Mahé (Ports d'Azur-Interface Concept), qui franchissait le premier la porte devant Cassis, 500 mètres devant ses plus proches adversaires Adrien Hardy (Agir Recouvrement) et Yoann Richomme (DLBC). 1h50 plus tard, Matthieu Girolet (Lafont Presse) était le dernier concurrent à passer la marque. La pétole a fait quelques dégâts en queue de peloton, notamment pour Matthieu, mais aussi David Kenefick (Full Irish) et Jean Paul Mouren (MarseillEntreprise).

Mais tous les espoirs sont encore permis, pour une majorité de la flotte (10 bateaux se tiennent en moins de 2,5 milles). Car le scenario météo proposé sur cette étape est loin d'être aussi cristallin que l'eau des Calanques. Les premières heures de navigation en direction de l'Espagne ne sont pas folichonnes. Au près, tout le monde tire des bords. A terre, certains, comme Frédéric Duthil (Sepalumic), Gildas Morvan (Cercle Vert), Paul Meilhat (Skipper Macif 2011) et les deux Bretagne - Crédit Mutuel sont allés voir de près les reliefs du mont Marseilleveyre et l'île de Riou.


Quand les leaders (Mahé, Richomme, Chabagny et Macaire) tiraient au large. Pour l'instant, la flottille évolue dans un faible flux de sud-ouest. Mais c'est du nord puis du nord-ouest qui est attendu. En milieu d'après midi, une houle de secteur ouest commençait à bercer les monotypes. Signe annonciateur d'un vent nouveau ? Les figaristes attendent avec impatience que les conditions se stabilisent pour ' enquiller ' des siestes l'esprit tranquille. Si tout va bien, les premiers devraient enrouler le caillou appelé Islote El Medallot (archipel des Mèdes) demain mardi en fin de matinée.

Thierry Chabagny (Gedimat) : 'C'est un peu l'horreur, c'est la troisième phase de transition foireuse qu'on a depuis qu'on a passé les îles. Ce n'est pas facile, on essaie de faire avancer le bateau mais on n'a pas beaucoup de vent.

Là exceptionnellement il y a 4 nœuds mais normalement c'est plutôt 0, 1, 2 ou 3. Depuis ce matin il y a du soleil donc ça cogne pas mal et comme on n'a pas dormi cette nuit, c'est un peu fatigant. Il y a des petites périodes où je me mets en mode compas mais par contre j'ai l'écoute dans la main, ce qui fait que ça limite les tâches sensitives et intellectuelles pour le skipper qui est un peu fatigué. C'est plus simple pour le skipper de faire + 1 ou - 1. Ca évite les grosses sorties de piste tous les 1/4 d'heures qui te font tout perdre. Le fichier que j'ai, qui ne me semble pas trop mal, dit que le vent ne va pas rentrer et qu'il faut s'attendre à une journée au taquet, l'écoute dans la main pour essayer de grappiller les quelques mètres qui nous séparent des autres, sachant que quand le vent revient, on ne sait jamais trop de quel côté il revient. À un moment donné, il faudra dormir mais il faut choisir le moment. Le moment ce sera quand il y aura du vent et qu'il ne bougera pas trop. Mais c'est sûr qu'on ne peut pas aller jusqu'à Sète sur le grand parcours sans dormir. Je ne peux pas passer trois jours sans dormir. Il y a aussi la fatigue de toute la course. Je vais essayer de dormir la nuit prochaine'.

Frédéric Duthil (Sepalumic) : 'On est dans la grosse pétole, on vient juste d'envoyer les spis et depuis ce matin ça n'avance pas du tout. Tout le monde est un peu revenu et on attend impatiemment le vent qui va peut-être arriver. Le vent nous amène vers la côte. Il y a des moments où il y a des risées, tu prends ce qu'il y a. Cela t'amène à des endroits où tu n'as pas forcément envie d'aller. La nuit a été bonne pour moi, j'avais bien réussi à remonter dans le match et là tout le monde est ensemble. Il n'y a pas de souci particulier, on attend le nouveau vent en espérant qu'il n'arrive pas trop tard ce soir ! Je n'ai pas dormi du tout, parce qu'il y avait des bascules de vent de 40° toutes les 5 minutes. J'ai fait juste une petite sieste sous spi entre Porquerolles et le cap Sicié mais pas plus de cinq minutes. Ces conditions sont très compliquées et contraignantes pour le bonhomme.'


Paul Meilhat (Skipper Macif 2012) : 'On a eu du vent toute la nuit et c'est tombé en fin de nuit au niveau de l'île du Levant. On a eu un thermique de nuit qui est rentré. J'ai réussi à revenir pendant le grand bord de près de tout au long de la journée et en début de nuit. Ça nous a permis de recoller au paquet avec Gildas et Yoann. Ce matin c'est un peu compliqué on essaie de se positionner devant les adversaires. On est à 1,5 nœuds. Il n'y a pas beaucoup d'options jusqu'à la Cassidaigne. A cause de mon option à la côte, j'avais deux milles de retard sur le paquet. J'ai fait 2/3 petites siestes. Ca va être compliqué encore aujourd'hui.'

Gildas Mahé (Ports d'Azur - Interface Concept) : ' Je me suis décalé dans le sud, pour avoir du vent. Je me suis décalé très tôt et je suis passé à l'extérieur de Porquerolles. Là, je suis au contact de Yoann, Adrien et Thierry. Je suis dans une risée, là je marche à 3,7 nœuds mais c'est globalement très mou depuis le cap Sicié. Le vent est rentré sud-est, donc je fais route à bâbord vers la Cassidaigne qui est à 4 milles mais les conditions sont très changeantes et ça peut encore tourner. Je n'ai pas dormi une seconde car le vent était très instable toute la nuit et il fallait être très attentif. Yoann, à qui j'ai parlé ce matin, n'a pas dormi non plus et les autres non plus je pense. Le but est d'être sous pilote et de régler les voiles au mieux. J'ai l'écoute de spi en permanence dans la main, il faut le régler en permanence car les conditions sont très molles et il a du mal à prendre'.

Pointage à la Cassidaigne

1 Ports d'Azur-Interface Concept à 12h39
2 Agir Recouvrement
3 DLBC
4 Gedimat
5 Skipper Hérault
6 Sepalumic
7 Skipper Macif 2012
8 Cercle Vert
9 Skipper Macif 2011
10 Bretagne Crédit Mutuel Espoir
11 Made in Midi
12 Bretagne Crédit Mutuel Performance
13 Port de Caen Ouistreham
14 MarseillEntreprise
15 Full Irish
16 Lafont Presse à 14h29

PredictWind.comZhik Dinghy 660x82Protector - 660 x 82

Related Articles

JJ Giltinan 18ft skiffs - LIVE Coverage of Race 3 On NOW
Catch the latest race of the JJ Giltinan Trophy for the 18ft Skiffs, sailed on Sydney harbour. Catch the latest race of the JJ Giltinan Trophy for the 18ft Skiffs, sailed on Sydney harbour. Great coverage from the very knowledgeable team on the Camera Cat, including commentary from Peter Shipway, Bob Killick and Andrew Buckland.
Posted today at 3:41 am
Les Voiles de St. Barth - VORs in the spotlight
With curtain set to rise on Les Voiles de St. Barth in just over six weeks no fewer than 57 boats signed up for event With the curtain set to rise on the eighth edition of Les Voiles de St. Barth in just over six weeks (10 to 15 April, 2017), no fewer than 57 boats are already signed up for the event. Among these will be an impressive and rather unique fleet of Volvo Ocean Race boats, including both VOR 60s and VOR 70s.
Posted today at 3:05 am
Unreal acts of seamanship
It was a pleasure to watch Kiwi Conrad Coleman cross the finish line to complete his Vendée Globe. It was a pleasure to watch Kiwi Conrad Coleman cross the finish line to complete his Vendée Globe. He lapped the planet without using any kind of fossil fuels; just wind and solar to power an array of instruments as well as the all important (and power hungry) auto-pilot.
Posted today at 12:11 am
Vendée Globe – Slow down, you move too fast
The Dutch skipper has been forced to slow down to attempt to let the gales move away ahead of him in the Bay of Biscay. After the arrival of five skippers last week, there are now only two left at sea this morning: Pieter Heerema and Sébastien Destremau. The Dutch skipper has been forced to slow down to attempt to let the gales move away ahead of him in the Bay of Biscay.
Posted on 27 Feb
Vendée Globe – Why Pieter Heerema has to wait a little while longer
The Dutch skipper has less than 600 miles to go to reach Les Sables d’Olonne but is not likely to finish before Thursday The Dutch skipper has less than 600 miles to go to reach Les Sables d’Olonne, but is not likely to finish before Thursday, when he is expected to take seventeenth place
Posted on 27 Feb
11 boats to race the first ever GC32 Championship
Paul Kohlhoff, who represented Germany in the Nacra 17 catamaran at Rio 2016, is skippering SVB Team Germany Land Rover BAR Academy announced its squad for the 2017 season today. Like last year, the crew here is unusually being led by its bowman, in this case with former shorthanded offshore sailor, Rob Bunce, taking over from Neil Hunter, who has graduated up to the Land Rover BAR America’s Cup sailing team.
Posted on 27 Feb
RORC Caribbean 600 – A totally unique race
Close to 900 sailors from 30 different nations competed in the ninth edition of the RORC's classic offshore race. The 2017 edition will be remembered for highly competitive racing throughout the fleet, with American yachts winning the major prizes. The race was affected by unusual weather conditions, with a low pressure system sending the wind direction spinning through 360º of the compass.
Posted on 27 Feb
Land Rover BAR Academy with big ambitions in Extreme Sailing Series
Land Rover BAR Academy today becomes the final team to join the line-up for the season opener in Muscat Land Rover BAR Academy today becomes the final team to join the line-up for the season opener in Muscat, as it launches its second campaign in the world's leading global Stadium Racing circuit.
Posted on 27 Feb
Oman Air crew eye podium finish in inaugural GC32 Championship
Oman Air will kick start their 2017 season in style as top-class sailing teams from across the globe converge on Muscat A new-look Oman Air will aim to kick start their 2017 season in style as top-class sailing teams from across the globe converge on Muscat, Oman, for the first ever GC32 Championship this week.
Posted on 27 Feb
JJ Giltinan 18fters - 'Magic' levers keep Yamaha competitive in Race 2
Dave McDiarmid and the crew of Yamaha NZ had an end to end win in Sunday's Race 2 of the JJ Giltinan Trophy Dave McDiarmid and the crew of Yamaha NZ had an end to end win in Sunday's Race 2 of the JJ Giltinan Trophy sailed on Sydney harbour. In contrast to the rain-marred first race, the 26 boat fleet from Australia, New Zealand, and the USA raced under clear skies and a 16-20kt southerly wind.
Posted on 27 Feb