Please select your home edition
Edition
Bakewell-White Yacht Design

Generali Solo - Du grand show en baie de Beaulieu sur Mer

by Marie Le Berrigaud Perochon on 5 Oct 2013
Grand Prix 2 de Beaulieu sur Mer lors de la Generali Solo 2013 © Alexis Courcoux
Le Grand Prix de Beaulieu sur Mer- Ports d'Azur a débuté tambour battant avec deux parcours côtiers lancés aujourd'hui. Deux manches superbes, dont la dernière s'est courue dans une bonne brise de 25 noeuds. Les 16 solitaires ont assuré le spectacle entre le cap d'Ail et le cap Ferrat, déboulant dans les surfs à plus de 15 noeuds.

Trois hommes se sont illustrés sous les falaises de la côte d'Azur. Frédéric Duthil (Sepalumic) remporte la première régate, Thierry Chabagny (Gedimat) s'impose sur la seconde, tandis qu'Adrien Hardy (Agir Recouvrement) signe deux manches de deuxième. Ce soir, le skipper de Sepalumic est en tête du Grand Prix de Beaulieu sur Mer-Ports d'Azur.

De la brise, enfin de la brise ! L'heure des régates avait été avancée ce matin pour anticiper le renforcement du vent dans la journée. C'est donc à 9h30, peu après un rappel général, que les 16 Figaro Bénéteau prenaient le départ du premier parcours côtier, sorte de grande banane entre la baie de Beaulieu et le cap d'Ail, tout près de Monaco.
Ce premier acte disputé dans un vent d'Est d'une dizaine de nœuds s'est révélé très tactique. Il fallait aller jouer à terre, près des falaises, pour prendre le meilleur : attraper des petites risées, bénéficier des effets de côte, s'abriter du clapot et du courant. C'est ce qu'ont fait David Kenefick (Full Irish), Frédéric Duthil, Adrien Hardy, Paul Meilhat (Skipper Macif 2011) ou encore Thierry Chabagny. Tout ce groupe va se présenter aux avant-postes à la marque au vent, Duthil en tête. Bien que doublé sous spi par le jeune Irlandais David Kenefick, le skipper de Sepalumic remporte cette première manche haut la main, sa deuxième victoire depuis le coup d'envoi de La Generali Solo.

En fin de matinée, les premières rafales commencent à animer le plan d'eau. Elles seront annonciatrices d'une deuxième manche de brise de toute beauté. Avant que la procédure ne soit lancée, les génois sont remplacés par les solents et les marins ont l'obligation de porter leur gilet de sauvetage. Cette fois, le tracé les emmène derrière Saint Jean cap Ferrat. Le vent va monter jusqu'à 25 nœuds établis, avec quelques rafales à 30 et ils sont plusieurs gros bras à s'illustrer tout au long du parcours. Thierry Chabagny et Fred Duthil vont s'échanger le leadership aux passages de marques, mais dans les hommes de tête, on trouve aussi Adrien Hardy, Gildas Morvan (Cercle Vert - auteur d'un superbe départ) et Anthony Marchand (Bretagne-Crédit Mutuel Performance), premier à envoyer son grand spi dans le long bord de portant très spectaculaire en direction de la baie de Villefranche sur Mer. Les monotypes fusent dans les surfs, les étraves déjaugées, les marins s'ébaudissent dans les embruns, les compteurs s'affolent. Le passage de la marque « CNRS », derrière les falaises du cap Ferrat, est plus que délicat : après avoir empanné dans le vent fort, les Figaro Bénéteau se font complètement déventer. Duthil, Chabagny et Hardy en profitent pour reprendre les commandes. La fin de la course se soldera par un ménage à trois. Il faudra attendre les derniers surfs devant la ligne d'arrivée pour les départager. Gedimat s'impose finalement, faisant de Thierry Chabagny le recordman en nombre de victoires (3) depuis le coup d'envoi de cette Generali Solo 2013.


Ce soir, Frédéric Duthil pointe en tête du Grand Prix de Beaulieu sur Mer-Ports d'Azur, ex æquo en points avec le très régulier Adrien Hardy. Ce dernier est en train de faire son trou au classement général provisoire de La Generali Solo. Après 10 manches, il dispose d'un petit matelas de 11 points sur son dauphin Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012).

Demain samedi, les marins ont rendez-vous sur le plan d'eau à 11 heures pour la suite et la fin du Grand Prix de Beaulieu sur Mer - Ports d'Azur. Deux manches au programme dans un vent que Météo Consult annonce mal établi. Le temps tournera à l'orage et les conditions seront très instables.

Frédéric Duthil (Sepalumic): 'Sur la première manche, j'ai réussi à naviguer comme je voulais, à prendre un bon départ et à toujours garder une bonne vitesse. Il fallait partir en bout de ligne et aller vite à la côte pour prendre les « lifts » à terre.

C'était une bonne première manche, j'ai bien navigué, j'allais très vite au près, j'ai réussi à m'extirper de mauvaises positions pour me retrouver dans une situation très favorable et l'emporter haut la main. La deuxième manche, c'était plus chaud ! Départ dans la brise avec 27-28 nœuds de vent en milieu de ligne sans trop de risques. Après j'ai bien tricoté, Gildas (Morvan) m'a fait un refus de tribord, il a réparé, donc ça en faisait un de moins… Après, je passe au contact avec Thierry (Chabagny) à la bouée au vent, manque de bol, j'avais prévu d'envoyer le grand spi et puis j'ai décidé de mettre le petit, je trouvais que c'était chaud en enroulant la bouée. En fait, les autres l'on fait sous grand spi, mais au moins je n'ai pas pris de risque. Après, en enroulant la pointe de Ferrat, c'était rock-and-roll, il y avait de gros dévents. Je passe en tête, mais c'est difficile de contrôler les autres quand tu es devant. Adrien (Hardy) était dans mon tableau arrière. Thierry est parti à terre, il a pris l'avantage. Et puis sur le bord de reaching à la fin, Adrien me passe sur la ligne d'arrivée. C'est dommage… J'aime bien ces conditions, je trouve ça dommage qu'on ne fasse que deux manches.'

Thierry Chabagny (Gedimat): 'C'est plus physique la brise, c'est plus de la stratégie comme on a l'habitude de faire. Il se trouve que j'ai plus de réussite quand il y a du vent établi. Et puis dans la brise, il y a de la sensation, ça glisse bien, on a fait des belles pointes, pas loin de 16-17 nœuds. J'ai choisi le grand spi sur la deuxième manche. Anthony (Marchand) a fait un très beau bord par dessous, il a mis tout le monde d'accord. Ensuite j'ai réussi à rester derrière Fred (Duthil), mais sur la fin, il a tiré un peu trop loin. J'en ai profité!

Tout le temps, c'était mieux à la côte, mais un peu moins sur la deuxième manche. On a vu Gildas sur le deuxième bord partir au large et gagner trois places. C'est ce qui est compliqué, il faut vraiment être attentif, car ça change très vite, on savait que le vent fort allait rentrer mais on ne savait pas trop à quel moment. C'est là qu'il faut être réactif.'

Adrien Hardy (Agir Recouvrement): 'Je suis content du finish, ce n'est pas évident de trouver le bon dosage entre attaquer ou pas, prendre des risques ou pas. Je suis revenu en vitesse à la fin sur Fred (Duthil). C'est bien de gagner des places sur le finish, c'est très satisfaisant, car depuis le début de la Generali, je gagne un paquet de points juste avant la ligne. Je suis très content. J'ai été tout le temps devant aujourd'hui. J'ai pris un départ pas trop mal, après j'allais vite au près. Dans ce vent là, il y a une différence de vitesse entre les bateaux, et le fait d'avoir un petit plus en vitesse et en manœuvre, ça aide. J'ai fait une erreur, je n'avais pas drissé mon petit spi sur la deuxième manche, mon spi n'était pas en tête, j'ai perdu en vitesse. C'est ma seule erreur. Après je reviens à la pointe, je fais une belle manœuvre. On est arrivé tous les trois hyper serrés. C'était vraiment bien!'

Paul Meilhat (Skipper Macif 2011): 'La première course n'était pas une manche de brise, on ne s'attendait pas à ça. Je fais quelques petites erreurs, des petits virements ratés, des petites erreurs de placement. Je suis déçu parce que je perds quelques places, j'aurais pu faire une excellente journée parce que je suis à l'aise sur les départs et les choix tactiques. Mais bon, je fais 7 et 5, c'est pas mal. J'ai bien analysé le plan d'eau : ici, il faut jouer les effets de cap et de site. Sur le dernier bord de vent arrière, on est passé sur un autre schéma parce que le vent est rentré à 25-30 nœuds. Sur la deuxième manche, je suis content, il fallait de la vitesse, réaliser de belles manœuvres, et puis réussir la conduite sous spi dans la brise avec des surfs à plus de 15 nœuds ; c'est une journée positive, maintenant j'aimerais arriver un peu plus haut dans le classement.'

North Technology - Southern SparsBakewell-White Yacht DesignBarz Optics - Melanin Lenses

Related Articles

America's Cup - Arbitration Panel Hearing over Kiwi Qualifier for July
ACEA CEO, Russell Coutts has confirmed that the Arbitration Panel will hold its first Hearing in July. In a yet to be published interview in Sail-World, America’s Cup Events Authority CEO, Russell Coutts has confirmed that the Arbitration Panel will hold its first Hearing in July. This is the first official indication that the three person Arbitration Panel had even been formed, however Sail-World’s sources indicated that it had been empanelled since last January, possibly earlier.
Posted on 27 May
Rio 2016 - The Qualification Games - Part 2
Yachting NZ's refusal to nominate in three classes won in the first round of 2016 Olympic Qualification is unprecedented Yachting New Zealand's refusal to nominate in three classes won in the first round of 2016 Olympic Qualification is without precedent. Subject to Appeal, the Kiwis have signaled that they will reject 30% of the positions gained in the ISAF World Sailing Championships in Santander in 2014.
Posted on 22 May
Gladwell's Line - World Sailing changes tack after IOC windshift
Over the past year, we've given the International Sailing Federation (now re-badged as World Sailing) a bit of stick Over the past year, we've given the International Sailing Federation (now re-badged as World Sailing) a bit of stick. Every blow well earned over issues such as the pollution at Rio, the Israeli exclusion abomination plus a few more. But now World Sailing is getting it right.
Posted on 21 May
Rio 2016 - The Qualification Games - Part 1
Antipodean selection shenanigans aside, the Qualification system for the Rio Olympics appears to be achieving its goals Antipodean selection shenanigans aside, the Qualification system for the Rio Olympics appears to be achieving goals set in the Olympic Commission report of 2010. Around 64 countries are expected to be represented in Rio de Janeiro in August. That is a slight increase on Qingdao and Weymouth, but more importantly a full regional qualification system is now in place
Posted on 19 May
Taming the beast-a conversation with Stuart Meurer of Parker Hannifin
While AC72 cats were fast, they difficult to control, so Oracle partnered with Parker Hannifin to innovate a better way. If you watched videos of the AC72s racing in the 34th America’s Cup (2013), you’re familiar with the mind-boggling speeds that are possible when wingsail-powered catamarans switch from displacement sailing to foiling mode. While foiling is fast, there’s no disguising the platform’s inherent instability. Now, Oracle Team USA has teamed up with Parker Hannifin to innovate a better way.
Posted on 18 May
From foiling Moths to Olympic starting lines-a Q&A with Bora Gulari
Bora Gulari’s is representing the USA at the Rio 2016 Olympics in the Nacra 17 class, along with teammate Louisa Chafee. Bora Gulari (USA) has made a strong name for himself within high-performance sailing circles, with wins at the 2009 and 2013 Moth Worlds. In between, he broke the 30-knort barrier and was the 2009 US SAILING Rolex Yachtsman of the Year. His latest challenge is representing the USA at the Rio 2016 Olympics in the Nacra 17 class as skipper, along with his teammate Louisa Chafee.
Posted on 12 May
Concern for Zika at Rio Olympics is now deadly serious
Alphabet soup is one description that has thus far not been used for either Guanabara Bay, Alphabet soup is one description that has thus far not been used for either Guanabara Bay, or the Rio Olympics. Many others have, and they were apt, but things have changed. So here now we have a situation where one man, Associate Professor Amir Attaran, who does have a more than decent string of letters after his name, is bringing nearly as many facts to bear as references at the article's end
Posted on 12 May
The importance of being Alive
Since buying the stunningly pretty Reichel-Pugh canting keel 66-footer, and re-naming her Alive, Since buying the stunningly pretty Reichel-Pugh canting keel 66-footer, and re-naming her Alive, the team have lined up for a lot of things, won plenty and nabbed a record, as well. She’s presently in a yard in the Philippines having a minor refit in readiness for the Australian season. It will commence with the upcoming Brisbane to Keppel and then head sharply into this year’s Hobart.
Posted on 10 May
Zhik - The brand born of a notion, not its history
here is probably every reason that ocean rhymes with notion. Zhik’s tagline is officially marketed as Made For Water There is probably every reason that ocean rhymes with notion. Zhik’s tagline has been officially marketed as Made For Water, and this is precisely what the company has done for the last eight years before the succinct and apt strapline came from out of R&D and into mainstream visibility.
Posted on 8 May
Shape of next Volvo Ocean Race revealed at Southern Spars - Part 1
Southern Spars has been confirmed as the supplier of spars for the 2017-18 Volvo Ocean Race. In mid-April, Race Director, Jack Lloyd and Stopover Manager Richard Mason outlined the changes expected for the 40,000nm Race during a tour of Southern Spars 10,000sq metre specialist spar construction facility. A total of up to seven boats is expected to enter, but time is running out for the construction of any new boats.
Posted on 3 May