Please select your home edition
Edition
Zhik Dinghy Wetsuits

Solitaire du Figaro - Le cocktail dieppois

by Marie Le Berrigaud Perochon on 24 Jun 2013
Yann Elies, skipper du Figaro Groupe Queguiner, vainqueur de la Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire © Alexis Courcoux
C'est une première depuis l'adoption du monotype Figaro-Bénéteau : Yann Eliès remporte pour la deuxième fois consécutive La Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire. Le Briochain avait réussi à sauver sa troisième étape malgré la casse de son étai de mât, puis a donné le rythme de cette ultime manche avec Adrien Hardy, vainqueur à Dieppe. Mais son dauphin au classement général est la véritable révélation de l'année : Xavier Macaire a donné tellement du fil à retordre à ses concurrents qu'il devance de trois minutes et quelques secondes Morgan Lagravière, moins incisif sur ce final musclé!

Pour briller sur cette 44ème édition de La Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire, il fallait doser les ingrédients : un bon fond de préparation, une timbale de motivation, une louche de sérénité, un zeste de réussite, une grosse pincée d'opportunisme, un filet de résistance. Le tout bien secoué dans le shaker du cap Ortegal puis de la Manche pour obtenir un suc aux trois saveurs : Yann Eliès (Groupe Quéguiner - Leucémie Espoir) le fruit mûr aux quatorze participations, Xavier Macaire (Skipper Hérault) le goût pimenté de la Méditerranée, Morgan Lagravière (Vendée) la fragrance des jeunes pousses. Quelques amertumes aussi pour certains habitués aux places d'honneur, des astringences œnologiques entre Bordeaux et Porto, des fraîcheurs âpres le long des côtes anglaises, des salinités excessives entre Yeu et Sein, entre Fairway et Antifer…

A Roscoff baigné par les saveurs iodées des grandes marées à venir (90 de coefficient pour l'arrivée à Dieppe samedi soir), Frédéric Duthil (Sepalumic) semblait inébranlable : avec une demie heure d'avance sur Morgan Lagravière et Yann Eliès, cette ultime Manche n'avait pas de quoi inquiéter. Surtout que l'ex-planchiste aux dix participations avait déjà brillé dans des conditions aussi musclées que celles annoncées. Du médium pour déborder Ouessant, du petit temps pour rallier la Chaussée de Sein, encore du médium pour embouquer le chenal du Four puis pour traverser la Manche, et du « lourd » pour effectuer les 300 derniers milles entre Wolf Rock et l'arrivée…

Pas au goût de tout le monde puisque Vincent Biarnes (Prati'Bûches) devait jeter l'éponge dès l'île de Batz suite à la rupture de son étai (câble qui retient le mât sur l'avant), puis le « bleu » Joan Ahrweiller (Région Basse Normandie) sur vit de mulet rompu et Yannig Livory (Thermacote France) sur souci médical. Et Claire Pruvot (Port de Caen Ouistreham) et Jean-Paul Mouren (SNEF) n'étaient pas à la fête quand ils durent refouler la marée montante au large de Ouessant : décrochage immédiat ! Puis ce fut Didier Bouillard (Jéhol) qui revenait au port suite à des problèmes récurrents de pilote automatique.

Car à l'ourlet de la Manche, le reste de la flotte était encore au contact avec moins de huit milles de différentiel. Mais c'est lorsqu'il a fallu capeler le ciré au passage de Wolf Rock, que les « loups » se sont réveillés : le trio Macaire-Eliès-Hardy était le premier à envoyer le spinnaker et à débouler sur une mer en formation et dans un vent de plus en plus tonique.

Tenir la toile était le leitmotiv de tous, mais tous n'avaient pas la même vision du décor ! Trop prudents pour ne pas risquer de casser ou trop impressionnés par ce vent à décorner les bœufs, dans une nuit noire et sous une chape de pluie de plus en plus dense, certains solitaires ont perdu le fil qu'il devenait impossible de rembobiner puisque la dépression atlantique devait balayer tout le plan d'eau jusqu'à Dieppe.

Et cela fraîchissait tellement que Damien Guillou (La Solidarité Mutualiste) en perdait son mât et rejoignait un abri anglais, puis Paul Meilhat (Skipper Macif 2011) voyait sa tête de mât se désolidariser. Et pendant ce temps, le « club des cinq » allumait avec des vitesses de pointe supérieures à 18 nœuds ! Eliès, Hardy, Macaire, Richomme et Lagravière donnaient un tempo digne des tambours du Bronx alors que derrière, la meute tentait de raccrocher la rame avec Jérémie Beyou (Maître CoQ) en chef de bande. Car les prétendants au podium commençaient à compter les points : Frédéric Duthil semblait déjà en ballottage à plus de dix milles des leaders alors que Star Point n'avait pas encore été paré…

La première place au classement général devait donc se jouer au sein du trio Lagravière-Eliès-Macaire puisque leurs deux compatriotes de cette échappée, Yoann Richomme (DLBC) et Adrien Hardy (Agir recouvrement) concédaient beaucoup trop de temps pour espérer les inquiéter au classement général cumulé. Et les deux solitaires les plus impressionnants dans cette baston qui prenait de plus en plus de coffre, étaient Adrien Hardy et Xavier Macaire.

Le Méditerranéen passait d'ailleurs en tête la bouée de Fairway à l'entrée du chenal de l'île de Wight avec deux milles d'avance sur Adrien Hardy et Yann Eliès, Morgan Lagravière ayant décroché dans la baie de Plymouth. Le solitaire méditerranéen étant handicapé par son ballast tribord percé au départ à Roscoff, sa marge fondait sur le long bord de vent de travers en direction d'Antifer car Adrien voulait en finir sur une note positive (et une deuxième victoire d'étape après celle de 2010) tandis que Yann voulait préserver sa place de leader potentiel au classement général.

Aux abords de la Normandie, Adrien Hardy ne lâchait pas le morceau malgré un nouveau bord de spinnaker particulièrement tonique avec 25-30 nœuds d'Ouest et des rafales à 40 nœuds sous les falaises… Yann Eliès avait Solitaire gagnée en suivant ce nouveau proconsul dieppois tandis que Xavier Macaire conservait la marge nécessaire pour devancer Morgan Lagravière sur le podium final!

Car Frédéric Duthil pointait à la 19ème place avec près de deux heures de retard sur le vainqueur de cette 4ème étape… Cette contre performance le faisait sérieusement rétrograder puisque Yoann Richomme, quatrième à Dieppe terminait aussi 4ème au classement général et que Jérémie Beyou, ayant effectué un fort joli retour dans la brise au portant, glissait à la sixième place dans le port normand et à la 5ème de La Solitaire du Figaro!

Cette 44ème édition reflète le cocktail explosif que constitue ce mélange d'anciens vainqueurs, de vieux briscards, de coureurs émergents, de révélations et de « bleus » qui ont connu des conditions très différentes sur ces quatre étapes équilibrées en terme de distance à parcourir, mais très différentes par leur conditions météorologiques.

Sur ce parcours « sudiste » et original avec deux nouvelles escales (Bordeaux et Porto), trois portions de golfe de Gascogne, deux traversées de la Manche, du vent fort à la pointe espagnole (1ère étape), entre les îles bretonnes (3ème étape) et en Manche (4ème étape), des calmes (1ère, 2ème, 3ème et 4ème), du près, du travers et du spinnaker, il fallait donc être non seulement polyvalent et inspiré, mais aussi dur au mal et toujours motivé même dans la difficulté.

C'est incontestablement la force du vainqueur Yann Eliès qui réalise le premier doublé d'affilée de l'histoire de La Solitaire du Figaro depuis l'adoption du monotype Figaro-Bénéteau. La force aussi du surprenant Xavier Macaire qui n'a pas été loin de créer la surprise à Dieppe. Pour tous les autres solitaires, la diversité de ces quatre manches a généré des hauts et des bas et sur cette ondulation, Morgan Lagravière est celui qui en a limité le plus l'amplitude.

Car certains ont pris des « bleus » : le résultat en demi-teinte, mitigé, voire décevant va certainement provoquer un choc post-traumatique pour Nicolas Lunven (Generali), Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012), Gildas Morvan (Cercle Vert), Thierry Chabagny (Gedimat), Jean-Pierre Nicol (Bernard Controls) ! D'autres vieux briscards ont a contrario pu se rasséréner quand à leur niveau face à l'intensité de cette édition : Jérémie Beyou, Michel Desjoyeaux (TBS), Armel Le Cléac'h (Banque Populaire).

Des « émergents » viennent aussi renouveler le haut du tableau à l'image de Yoann Richomme, d'Alexis Loison (Groupe Fiva), d'Anthony Marchand (Bretagne-Crédit Mutuel Performance), de Damien Guillou... D'autres jeunes talents commencent à prendre la mesure du challenge comme Julien Villion (Seixo Habitat), Corentin Horeau (Bretagne-Crédit Mutuel Espoir) ou Simon Troël (Les Recycleurs bretons).

Enfin, les « bleus », les « novices », les « bizuths », les « jeunes pousses » consacrent un Britannique ce qui est encourageant pour la structure anglaise mise en place par Artemis avec le concours du CEM (Centre d'Entraînement de Méditerranée). Jackson Bouttell (Artemis 77) termine à la 21ème place après un parcours régulier : 23ème à Porto, 19ème à Gijon, 28ème à Roscoff et 21ème à Dieppe. Et son avance sur son dauphin est révélatrice de sa domination : le Français Benoît Hochart (Adocis-IB Remarketing) est à plus de quatre heures et l'Irlandais David Kenefick (Full Irish) à près de cinq heures et La Solitaire website

Related Articles

Shape of next Volvo Ocean Race revealed at Southern Spars - Part 1
Southern Spars has been confirmed as the supplier of spars for the 2017-18 Volvo Ocean Race. In mid-April, Race Director, Jack Lloyd and Stopover Manager Richard Mason outlined the changes expected for the 40,000nm Race during a tour of Southern Spars 10,000sq metre specialist spar construction facility. A total of up to seven boats is expected to enter, but time is running out for the construction of any new boats.
Posted on 3 May
Sailing in the Olympics beyond 2016 - A double Olympic medalist's view
Bruce Kendall takes a look at what he believes Sailing needs to do to survive beyond the 2016 Olympics. Gold and Bronze medalist and multiple world boardsailing/windsurfer champion, Bruce Kendall takes a look at what he believes Sailing needs to do to survive beyond the 2016 Olympics. A key driver is the signalled intention by the International Olympic Committee to select a basket of events that will be contested.
Posted on 29 Apr
The Road to Rio now 99 days short
The Road to Rio 2016 still has a few curves, bumps and potholes for teams battling to win. The Road to Rio 2016 still has a few curves, bumps and potholes for teams battling to win in Hyeres, at some World championship events and Weymouth World Cup but for many crews: 'It's 106 miles to Chicago we got a full tank of gas, half a pack of cigarettes, it's dark and we're wearing sunglasses.' Whoops wrong movie.
Posted on 28 Apr
America's Cup - Oracle Racing win in Court but with collateral damage
Oracle Racing have had another claim against them by a former crew member dismissed. Oracle Racing have had another claim against them by a former crew member dismissed. Mitchell focussed largely on the circumstances of the matter and introduced into the public arena some interesting documents to support his claims.
Posted on 23 Apr
Children of the Internet, Rio and Hong Kong
I have four daughters, the youngest, who in her mid 20's is a true child of the Internet. I have four daughters, the youngest, who in her mid 20's is a true child of the Internet. The kind of conversations I have with her run along these lines.... In the olden days we did not have television until I left school and they had a thing called print magazines, that reported events between two weeks and four months after they happened. And her sceptical response... Hoh! Daddy, Hoh!
Posted on 14 Apr
Go fast girls - 49er FX sailors Paris Henken and Helena Scutt
Paris Henken and Helena Scutt will be representing the USA at the Rio 2016 Olympics, which will be their first Olympiad. American’s Paris Henken (20) and Helena Scutt (23) recently won a berth to represent the USA at the Rio 2016 Olympics in the high-performance 49er FX skiff, a goal that the team has been working on for almost three years. While this is their first Games, writing them off as Olympic newbies would require ignoring their recent results and their strong teamwork.
Posted on 13 Apr
World Sailing Cup V3 - A Dead Rat in a Shoe or Spring Daffodils?
While a host of major sailing events go from strength to strength, the Sailing World Cup has very major issues. Last night my Irish better half was sitting beside me on the sofa watching an Australian version of the popular TV Cooking Program My Kitchen Rules on a tablet with her headphones while I was watching Diehard II for the seventeenth time (it’s a boy thing) on TV. She suddenly spluttered and laughed, took off her headphones and motioned for me to mute Diehard. (Seriously!!)
Posted on 9 Apr
Volvo Ocean Race appoints stadium racing pioneer as new CEO
Sail-World forecast the appointment of Mark Turner as Volvo Ocean Race CEO a month ago. We profiled Turner at that time. Sail-World forecast the appointment of Mark Turner as Volvo Ocean Race CEO a month ago. We profiled Turner at that time. Today his appointment has been confirmed.
Posted on 31 Mar
Large spectator fleet heading north for boat watching season
I’m absolutely not going to lay claim to the phrase, but it is insanely apt and hilarious all at the same time, however. I’m absolutely not going to lay claim to the phrase. It is insanely apt and hilarious, all at the same time, however. Well then, boat watching season is definitely upon us once more. The whales will soon be gathering again off the coast of Queensland to observe all manner of racing and cruising craft as they head North for a Winter in the sun.
Posted on 29 Mar
Laser creator Ian Bruce passes away (1933 - 2016)
Ian Bruce, driving force behind the Laser dinghy, sadly passed away at his daughter's home on Monday March 21 2016. Ian Bruce, driving force behind the Laser dinghy, sadly passed away at his daughter's home on Monday March 21 2016. His legacy to our sport, Canadian sailing and his beloved Royal St. Lawrence Yacht Club will be praised and honoured for years to come.
Posted on 24 Mar
Schaefer 2016 660x82North Technology - Southern SparsT Clewring - Generic