Please select your home edition
Edition
Zhik Yachting Range

Route des Princes - Adeus Lisboa, hello Dublin - Dùn Laoghaire

by Regis Lerat on 17 Jun 2013
Les Multi50 de la Route des Princes © Marcel Mochet
Après les Multi50 hier, les MOD70 et le Maxi80 se sont élancés à leur tour, à 15 heures ce dimanche, pour leur deuxième étape off-shore de la Route des Princes.

Après un petit parcours de six milles entre la place du Commerce et le pont du 25 avril, les multicoques ont mis le cap vers la sortie du Tage pour attaquer le plus gros morceau de l'épreuve : 990 milles entre Lisbonne et Dublin - Dùn Laoghaire, via le phare du Fastnet, dont la plus grande difficulté sera sans conteste le passage du cap Finisterre où les équipages vont devoir négocier au mieux le passage d'une dépression. Un passage délicat, programmé demain matin, qui sera sans conteste l'un des moments clés de ce deuxième acte.

Après deux jours de régates in-shore dans un décor à couper le souffle, en plein coeur de la capitale Portugaise, les MOD70 se sont envolés, cet après-midi, en direction de Dublin - Dún Laoghaire, terme de la deuxième course off-shore de la Route des Princes, dont le coup d'envoi a été donné, comme prévu, à 15 heures (heure française) précises. Si Virbac-Paprec 70 de Jean-Pierre Dick a été le plus prompt à s'élancer, très vite Spindrift skippé par Yann Guichard – débarqué à Lisbonne trois heures seulement avant le départ, après deux jours passés en Suisse pour disputer le Bol d'Or en D35 – s'est emparé des commandes. C'est lui qui a bouclé en tête le petit aller et retour de six milles entre la place du Commerce et le pont du 25 avril, et c'est lui encore qui a viré le premier la bouée C1 positionnée au sud-ouest de Cascais, décrochant ainsi le premier point de bonus spécial de cette deuxième étape. Une étape qui ne s'annonce pas aussi simple qu'il n'y parait. « Ce ne sera pas du tout du tout droit. Sur cette étape, la navigation sera cruciale » rappelait justement Pascal Bidégorry, en charge de ce poste à bord de Sprindrift.

De fait, si, pour l'heure, les quatre MOD70 et le Maxi80 Prince de Bretagne profitent d'un grand soleil et d'un flux de nord nord-ouest d'une petite quinzaine de noeuds pour attaquer la remontée vers le cap Finisterre, dès cette nuit, ils vont changer assez radicalement de décor. Une dépression se situe actuellement au large de la pointe nord-ouest de la péninsule ibérique et va donc engendrer du mauvais temps et des vents forts sur leur route, dans les heures qui viennent. Les équipages se préparent donc à négocier au mieux ce système. La bonne nouvelle, c'est qu'ils devraient pouvoir passer dans son est et ainsi éviter le gros du coup de chien. Pour autant, ça risque tout de même de secouer un peu à bord des bateaux puisque 20-25 noeuds fichiers sont annoncés. Mais le plus délicat, pour les marins, sera d'ajuster le plus précisément possible les trajectoires et de déclencher les manoeuvres au bon moment afin de rester au plus près du centre de la dépression et entamer un virage à gauche le plus rapidement possible sans pour autant trop s'en rapprocher au risque de tomber dans la molle et de se laisser distancer par ses camarades de jeu. Des camarades qui fileraient alors sans doute déjà au reaching, vers le rocher du Fastnet. Affaire à suivre donc.

Ordre de passage à la bouée C1, première marque de parcours obligatoire :

1. Spindrift (Yann Guichard) à 17h07'00'
2. Edmond de Rothschild (Sébastien Josse) à 17h07'40'
3. Oman Air-Musandam (Sidney Gavignet) à 17h10'05'
4. Prince de Bretagne (Maxi 80 Prince de Bretagne) à 17h25'00'
5. Virbac-Paprec 70 (Jean-Pierre Dick) à 17h29'00'


22 noeuds... les compteurs s'affolent pour les quatre Multi50 ! Poussés par un vent de sud sud-ouest qui ne cesse de fraîchir (25 noeuds), les quatre équipages avalent la première partie du parcours Lisbonne-Dublin Dún- Laoghaire pied au plancher. Actual, FenêtréA-Cardinal et Arkéma – Région Aquitaine ont doublé le cap Finisterre en milieu de journée et se situent ce soir à la latitude de la Corogne. Autant dire qu'ils n'ont pas perdu de temps!

Rennes Métropole – Saint-Malo Agglomération tente de combler son retard de plus de 100 milles par rapport au leader Actual, et reprend des couleurs depuis le début de l'après-midi. Il pointait à 17 noeuds de vitesse au dernier classement. Déjà, des stratégies se dessinent entre les partisans de l'est (Actual) et de l'ouest (FenêtréA-Cardinal, Arkéma-Région Aquitaine). Dans les heures à venir, le système météo compliqué et variable en force et en direction, laisse présager un joli casse-tête à la table à cartes, et beaucoup de manoeuvres sur le pont.

Classement de 16 h

1 : Actual (Yves le Blevec) à 791,78 milles de l'arrivée
2 : FenêtreA-Cardinal (Erwan Le Roux) à 15,13 milles
3 : Arkema – Région Aquitaine (Lalou Roucayrol) à 37,54 milles
4 : Rennes Métropole – Saint-Malo Agglomération (Gilles Lamiré) à 109,87 milles

Sébastien Josse (Edmond de Rothschild): 'Nous allons avoir des conditions assez variées. Le départ se fera sous un beau soleil mais ça va vite se couvrir dans la soirée avec le passage d'une dépression dans le golfe de Gascogne. Toutefois, ça devrait plutôt bien se passer puisqu'on devrait passer dans son est, c'est-à-dire du bon côté. Après, l'autre partie délicate à gérer sera l'approche du Fastnet. En ce moment, c'est assez aléatoire sur la fin du parcours. On aura pas mal de pluie. Beaucoup de pluie même. En tous les cas, lors de cette deuxième étape, on va retourner dans des endroits qu'on connait bien et où on trouve des données météo assez faibles. Plus, en tous les cas, qu'en Méditerranée. Je pense que ce sera une course avec pas mal de contact et beaucoup de manoeuvres. Par contre, elle sera assez rapide puisqu'on sera à Dublin en moins de trois jours.'

Sidney Gavignet (Oman Air-Musandam) : 'Ce qui nous attend sur cette deuxième étape off shore ? Simplement une dépression pas très creuse aux alentours du cap Finisterre. Ca va être intéressant, en termes de navigation, car il faudra aller jouer avec le centre mais pas trop. Et pour cause, au centre d'une dépression, il n'y a pas de vent. Le truc, c'est de réussir à avoir une bonne trajectoire et ressortir avec les vents qui tournent. Ensuite, ce sera plutôt mollissant, donc on sera au près. Dès lors, je pense que ce sera très ouvert. Le cap Finisterre lui même ne sera pas forcément un point clef de cette étape. Ce qui sera délicat, c'est le contournement de la dépression, et, avant ça, il faudra placer un virement de bord au bon moment, le long de la montée du Portugal. Là, ça pourrait se creuser un petit peu, avec un peu moins de vent à terre. Il va se passer des choses je pense. Notre état d'esprit pour cette deuxième étape est le même que celui que l'on avait sur l'eau lors des dernières journées des in-shore de Lisbonne. La première étape gagnée est derrière nous. Il y a une très bonne ambiance à bord, l'équipe est soudée. C'est très important sur une course difficile car pour les moins expérimentés, naviguer dans le calme permet d'éviter les petites bêtises qu'ils peuvent faire sous pression. Cela peut faire la différence, donc notre état d'esprit est calme. Nous sommes contents d'y aller et confiants.'


Pascal Bidégorry (Spindrift) : 'Avant de mettre le cap au large, on va avoir un petit parcours sympa sur le Tage duquel il va falloir tourner les manivelles à fond pendant deux heures. Ca va être important de bien sortir du fleuve car il y a un point de bonus à prendre à la sortie, près de Cascais. Après, on va partir au près bon plein et on aura un petit contrebord à faire à un moment donné puisqu'on aura un axe de dorsale à traverser afin de se rapprocher du centre de la dépression que l'on va viser. On va contourner cette dépression dans son est, au niveau du cap Finisterre, avec des vents portants et 25 noeuds moyens. Ce sera fort mais je ne pense pas que ce sera violent. Derrière, très rapidement, on se retrouvera sur une allure de reaching. Je pense que le final sera difficile car il y aura peut être moins de vent entre le Fastnet et Dublin. C'est un parcours très intéressant car au niveau stratégie, il va se passer plein de choses et il faudra être bon pour ressortir devant et prendre des points. Il y aura beaucoup à faire jusqu'au sud de l'Irlande, ça va être sympa.'

Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 70) : 'On s'attend à avoir pas mal de près sur ce parcours, avec des conditions assez musclées, notamment au cap Finisterre où on va aussi avoir beaucoup de mer et un passage assez délicat à l'est d'une dépression qui se déplace vers nous. Il faudra donc faire preuve de beaucoup de prudence dans la trajectoire car il y a le risque de se faire empétoler au milieu. Après, la délivrance viendra peut-être quand on arrivera au Fastnet. Le vent sera alors un peu plus mou. En clair, le départ de la course ne sera pas simple et la remontée vers le cap Finisterre avec un front qui passe nous plus. Il faudra sans doute prendre des ris, changer des voiles et passer au portant après la dépression avant de remonter vers le sud de l'Irlande. Il y aura donc des phases assez actives où il faudra vraiment être sur le pont. Hier, ça n'a pas été notre jour de gloire lors des in-shore mais on espère laver l'affront.'

Lionel Lemonchois (Maxi80 Prince de Bretagne) : 'Lors de cette deuxième étape, nous allons avoir pas mal de près jusqu'au cap Finisterre, après passage de dépression à droite ou au centre, on ne sait pas encore tout à fait. Après par contre, ça va être assez rapide jusqu'en Irlande parce qu'on sera au portant. J'espère, en tous les cas, qu'on va autant se battre avec les mOD70 que lors de la première manche entre Valence et Lisbonne. C'est vraiment stimulant quand il y a du match. Dublin, je ne connais pas, ce sera une Route des Princes

InSunSport - NZNorth Technology - Southern SparsT Clewring One Design

Related Articles

America's Cup - Arbitration Panel Hearing over Kiwi Qualifier for July
ACEA CEO, Russell Coutts has confirmed that the Arbitration Panel will hold its first Hearing in July. In a yet to be published interview in Sail-World, America’s Cup Events Authority CEO, Russell Coutts has confirmed that the Arbitration Panel will hold its first Hearing in July. This is the first official indication that the three person Arbitration Panel had even been formed, however Sail-World’s sources indicated that it had been empanelled since last January, possibly earlier.
Posted today at 3:19 am
Rio 2016 - The Qualification Games - Part 2
Yachting NZ's refusal to nominate in three classes won in the first round of 2016 Olympic Qualification is unprecedented Yachting New Zealand's refusal to nominate in three classes won in the first round of 2016 Olympic Qualification is without precedent. Subject to Appeal, the Kiwis have signaled that they will reject 30% of the positions gained in the ISAF World Sailing Championships in Santander in 2014.
Posted on 22 May
Gladwell's Line - World Sailing changes tack after IOC windshift
Over the past year, we've given the International Sailing Federation (now re-badged as World Sailing) a bit of stick Over the past year, we've given the International Sailing Federation (now re-badged as World Sailing) a bit of stick. Every blow well earned over issues such as the pollution at Rio, the Israeli exclusion abomination plus a few more. But now World Sailing is getting it right.
Posted on 21 May
Rio 2016 - The Qualification Games - Part 1
Antipodean selection shenanigans aside, the Qualification system for the Rio Olympics appears to be achieving its goals Antipodean selection shenanigans aside, the Qualification system for the Rio Olympics appears to be achieving goals set in the Olympic Commission report of 2010. Around 64 countries are expected to be represented in Rio de Janeiro in August. That is a slight increase on Qingdao and Weymouth, but more importantly a full regional qualification system is now in place
Posted on 19 May
Taming the beast-a conversation with Stuart Meurer of Parker Hannifin
While AC72 cats were fast, they difficult to control, so Oracle partnered with Parker Hannifin to innovate a better way. If you watched videos of the AC72s racing in the 34th America’s Cup (2013), you’re familiar with the mind-boggling speeds that are possible when wingsail-powered catamarans switch from displacement sailing to foiling mode. While foiling is fast, there’s no disguising the platform’s inherent instability. Now, Oracle Team USA has teamed up with Parker Hannifin to innovate a better way.
Posted on 18 May
From foiling Moths to Olympic starting lines-a Q&A with Bora Gulari
Bora Gulari’s is representing the USA at the Rio 2016 Olympics in the Nacra 17 class, along with teammate Louisa Chafee. Bora Gulari (USA) has made a strong name for himself within high-performance sailing circles, with wins at the 2009 and 2013 Moth Worlds. In between, he broke the 30-knort barrier and was the 2009 US SAILING Rolex Yachtsman of the Year. His latest challenge is representing the USA at the Rio 2016 Olympics in the Nacra 17 class as skipper, along with his teammate Louisa Chafee.
Posted on 12 May
Concern for Zika at Rio Olympics is now deadly serious
Alphabet soup is one description that has thus far not been used for either Guanabara Bay, Alphabet soup is one description that has thus far not been used for either Guanabara Bay, or the Rio Olympics. Many others have, and they were apt, but things have changed. So here now we have a situation where one man, Associate Professor Amir Attaran, who does have a more than decent string of letters after his name, is bringing nearly as many facts to bear as references at the article's end
Posted on 12 May
Zhik - The brand born of a notion, not its history
here is probably every reason that ocean rhymes with notion. Zhik’s tagline is officially marketed as Made For Water There is probably every reason that ocean rhymes with notion. Zhik’s tagline has been officially marketed as Made For Water, and this is precisely what the company has done for the last eight years before the succinct and apt strapline came from out of R&D and into mainstream visibility.
Posted on 8 May
Shape of next Volvo Ocean Race revealed at Southern Spars - Part 1
Southern Spars has been confirmed as the supplier of spars for the 2017-18 Volvo Ocean Race. In mid-April, Race Director, Jack Lloyd and Stopover Manager Richard Mason outlined the changes expected for the 40,000nm Race during a tour of Southern Spars 10,000sq metre specialist spar construction facility. A total of up to seven boats is expected to enter, but time is running out for the construction of any new boats.
Posted on 3 May
Sailing in the Olympics beyond 2016 - A double Olympic medalist's view
Bruce Kendall takes a look at what he believes Sailing needs to do to survive beyond the 2016 Olympics. Gold and Bronze medalist and multiple world boardsailing/windsurfer champion, Bruce Kendall takes a look at what he believes Sailing needs to do to survive beyond the 2016 Olympics. A key driver is the signalled intention by the International Olympic Committee to select a basket of events that will be contested.
Posted on 29 Apr