Please select your home edition
Edition
Kilwell - 5

Solitaire du Figaro - Des trous dans le golfe

by Marie Le Berrigaud Perochon on 13 Jun 2013
Les Figaros dans le port de Gijon - Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire 2013 © Alexis Courcoux
La troisième étape de La Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire s'annonce encore plus compliquée que les deux premières. Ce qui signifie que les acquis précédents seront remis en cause sur ce parcours entre Gijon et Roscoff, via l'île d'Yeu de 436 milles. Le petit temps attendu dans le golfe de Gascogne va rendre la remontée vers la Vendée puis la Bretagne extrêmement ouverte… 'Après le passage d'une perturbation jeudi matin sur Gijon, le temps devient calme et humide. Ces conditions persistent 48 heures sur le Sud du golfe de Gascogne en raison de la proximité de hautes pressions. Le changement n'est attendu qu'à partir de dimanche sur le Nord du golfe de Gascogne et près des côtes du Finistère. Elles deviennent instables sous l'influence de dépressions actives qui circulent entre le proche Atlantique, l'Ouest de la Manche et le golfe de Gascogne,' précise Pour Météo Consult. 'Ce sont donc de bonnes conditions pour le départ de Gijon à midi avec un vent de Nord-Nord Ouest de l'ordre de 10 nœuds tournant Nord, sous un ciel couvert, une forte humidité avec des risques de bruine et une température de 15°C. Dès les premières heures de course en direction du large, le vent tourne au Nord-Est en faiblissant à 6 nœuds en moyenne. Il se renforce à nouveau autour de 10 nœuds en soirée, en même temps que la masse d'air devient moins humide.'

En bref, cette troisième étape ressemble à un parcours de golf ! Il va falloir éviter les trous de vent dans le golfe de Gascogne et ne pas se retrouver « ensablé » dans un bunker quand ses concurrents glissent sur le fairway… Pas de grand swing, mais plutôt de petits coups pour putter vers le « green » d'Yeu puisque les prévisions laissent entendre qu'il faudra près de deux jours pour atteindre l'île vendéenne, à seulement 230 milles ! C'est dire si le rythme aura des allures de pas de sénateur : à peine cinq nœuds de moyenne selon les routages optimistes… Et ces bulles sans vent vont mettre les nerfs à vif dès les premiers milles quand il faudra choisir entre traverser ou contourner une petite dorsale qui barre la route au-dessus des Asturies. En sus, la brume va recouvrir les 40 solitaires et l'AIS (positionnement des bateaux par radio VFH) risque fort de ne pas englober toute la flotte. L'occasion d'une « Troussel », cette option tactique extrême et solitaire qui fait un grand détour, loin du pack ? Il peut donc y avoir des échappées sans aucune possibilité de revenir si un calme s'installe à quelques encablures. Il faut envisager des dispersions gigantesques (de près de 100 milles en latéral) liées au choix de privilégier le large ou la terre, mais aussi concomitantes à une improbable bouffée d'air qui ne touche que quelques « élus ». Il s'annonce donc impossible à qui que se soit d'établir un scénario, d'imaginer un contrôle de ses plus dangereux adversaires au classement général, d'assurer une option conservatrice puisqu'Éole va jeter ses pétales de pétole totalement au hasard… Or celui ou ceux qui vont enrouler l'île d'Yeu en tête vont avoir le « cadeau bonus » : l'arrivée d'une grappe de mini dépressions atlantiques sur la pointe Bretagne va en effet se concrétiser par un nouveau flux de secteur Sud-Ouest puis Ouest dès samedi matin. La première perturbation va atteindre le Finistère à la tombée de la nuit samedi avec plus de vingt nœuds, or les leaders pourraient être en approche de Penmarc'h à ce moment-là ! Ce qui signifie que les premiers pourraient embouquer le raz de Sein à la basse mer de 4h32 (coefficient 52) pour bénéficier de la marée montante jusqu'à la sortie du chenal du Four…

Ceux qui seront en retrait auraient donc moins de courant favorable, voire pourraient refouler à la pleine mer de 10h39 ! Car en plus, le vent de secteur Ouest devrait s'écrouler à moins de cinq nœuds en basculant au Nord… Ce qui induirait un louvoyage laborieux dans du petit temps pour contourner toute la pointe bretonne. S'il y a déjà des écarts ne serait-ce que de quelques milles, ce n'est plus un « wagon » de retard, c'est une « rame » qui entrainerait une formidable redistribution des cartes au classement général ! Et comme personne n'est à l'abri d'un mauvais coup du sort, même le leader actuel Yann Eliès (Groupe Quéguiner-Leucémie espoir) qui possède 57' d'avance sur son dauphin Frédéric Duthil (Sepalumic) et 1h44' sur le troisième Alexis Loison (Groupe Fiva), peut être mis en ballottage à Roscoff. Car en sus, l'armada des prétendants est conséquente à moins de trois heures derrière le premier au cumul des deux étapes, et aux côtés de Xavier Macaire (Skipper Hérault), Morgan Lagravière (Vendée), Yoann Richomme (DLBC), Sam Goodchild (Shelterbox-Disaster Relief), Nicolas Lunven (Generali), Paul Meilhat (Skipper Macif 2011), Damien Guillou (La Solidarité Mutualiste), Nick Cherry (Magma Structures) et Jean-Pierre Nicol (Bernard Controls), deux coureurs jouent à domicile : Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) et Jérémie Beyou (Maître CoQ) ont usé leur fond de ciré en baie de Morlaix… Yann Eliès, Groupe Quéguiner-Leucémie espoir: 'J'espérais avoir un peu de répit : c'est râpé ! Cette étape ne va pas être plus facile que les deux premières. Cela fait partie du jeu et j'ai comme l'impression que ça ne va pas s'arrêter jusqu'à Dieppe… C'est typiquement l'étape où il faut dérouler son scénario. Il ne faut pas trop regarder ce que font les autres. C'est une édition de La Solitaire du Figaro particulièrement complexe : généralement, il y a une étape qui crée un peu d'écart et ensuite, les choses se simplifie. Cette fois le menu est varié ! Et beaucoup de solitaires ont encore des raisons d'y croire… Ce n'est pas fini, même pour ceux qui sont à trois heures derrière moi.' Armel Le Cléac'h, Banque Populaire: 'Ce ne sera pas du tout une course de vitesse. Pour aller à l'île d'Yeu, ce ne sera pas facile. Les modèles ne sont pas tous d'accord, donc, ça va ouvrir le jeu. Vu mon retard sur le premier au classement général, je préfère avoir des conditions comme ça. Au contraire de Yann (Eliès). La course risque de durer jusqu'à Roscoff. Et puis c'est la troisième, donc il commence à y avoir un peu de fatigue. On arrive à récupérer un peu à chaque étape mais on ne repart jamais à 100%.' Fred Duthil, Sepalumic: 'C'est la même approche que les deux premières étapes. Il faut réussir à extraire de sa tête le classement général. C'est la meilleure façon pour aborder l'étape sereinement. Il va falloir, encore une fois, être très observateur, accrocher un paquet sur une option et se caler là dedans jusqu'à l'île d'Yeu. Il y a une dorsale qui nous barre la route au moment du départ. Elle s'affaiblît un peu puis regonfle quand on arrive à l'île d'Yeu, ce qui favorise un peu l'option Ouest. C'est une étape hyper piégeuse qui pourrait générer de très gros écarts donc je crois qu'elle peut redistribuer totalement les cartes.' Alexis Loison, Groupe Fiva: 'Ils sont tous énervés derrière moi mais je ne vais pas me laisser faire. Parce que si je suis troisième à mi-course, c'est que je dois être capable d'y rester à la fin du Figaro. Il faut que j'en sois conscient. Pour l'instant, j'ai montré de super choses et je suis très confiant dans ma vitesse, alors il faut que j'y aille sans complexe. A mi-course, plusieurs skippers ont pris une correction. On sait que la Solitaire est une course par élimination. Cette année, c'est vraiment le cas…' Claire Pruvot, Port de Caen Ouistreham: 'Mon début de Solitaire est vraiment chouette. Je suis contente de mes deux premières étapes, mais ça n'a jamais été facile. Celle qui arrive sera aussi très difficile. On va partir avec un cas d'école : une traversée de dorsale. Moi, je n'ai encore jamais vécu ça. Il faudra que je sois vigilante. La pétole, ce n'est vraiment pas ce que je préfère. Même quand on était en match race, je n'aimais pas trop ça. Il faut arriver à aller vite, sans s'endormir, parce qu'il n'y a pas de rythme en fait.' Michel Desjoyeaux, TBS: 'Quatre modèles météo nous donnent quatre trajectoires pas radicalement différentes, mais relativement écartées, puisqu'on se retrouve avec plus de 70 milles en latéral aux deux tiers de la remontée vers l'île d'Yeu. Donc forcément, ça peut faire de gros dégâts. Ensuite, on a toute la remontée le long de la Vendée puis de la Bretagne avec pas mal d'ouverture, enfin l'obligation de passer dans le raz de Sein. Si on arrive dans des vents faibles, une renverse de marée peut scinder la course ou la comprimer…Et sur la fin de parcours, on devrait encore avoir du petit temps en Manche. Donc, on n'est pas rendu ! Les places sont chères car il y a un très bon niveau et pas d'hégémonie. Il faut être bien inspiré. Jusque là, je ne l'ai pas été mais on va faire en sorte que ça change.' La Solitaire website

Related Articles

Sailing in the Olympics beyond 2016 - A double Olympic medalist's view
Bruce Kendall takes a look at what he believes Sailing needs to do to survive beyond the 2016 Olympics. Gold and Bronze medalist and multiple world boardsailing/windsurfer champion, Bruce Kendall takes a look at what he believes Sailing needs to do to survive beyond the 2016 Olympics. A key driver is the signalled intention by the International Olympic Committee to select a basket of events that will be contested.
Posted on 29 Apr
From Olympic flag to Olympic Gold and maybe another
The Sydney Olympics was a Sailing double 470 Gold event for Australia. Having won the 420 World Championship in 2000, the feeder class to the 470, while still at school in Australia young Matt Belcher was given the honour of carrying the Olympic flag during the closing ceremony of the Sydney 2000 Olympics.
Posted on 28 Apr
Pantaenius – Smooth sailing is more than a favourable weather forecast
Pantaenius get ready to launch into their fourth year operating in Australia As Pantaenius get ready to launch into their fourth year operating in Australia, we get to see why they continue to grow their happy crew of customers. Sitting down with Pantaenius Australia’s MD, Jamie MacPhail, you immediately get a sense that the smooth sailing is a direct result of both their unique product and the marketplace’s willingness to embrace the better mousetrap
Posted on 27 Apr
100 days to Rio, are there potholes and bumps ahead?
The Road to Rio 2016 still has a few curves, bumps and potholes for teams battling to win in Hyeres. The Road to Rio 2016 still has a few curves, bumps and potholes for teams battling to win in Hyeres, at some World championship events and Weymouth World Cup but for most crews.
Posted on 26 Apr
Is George Lucas a sailor?
He’s very famous for a lot of things, and justifiably so. One of them is Industrial Light and Magic He’s very famous for a lot of things, and justifiably so. One of them is Industrial Light and Magic, which has been instrumental in the making of many of the special effects that have made the digital world so impressive. Gone are the smears of Vaseline along the bottom edge of the clear filter to hide the trolley that was actually transporting Luke Skywalker’s Speeder, for instance.
Posted on 25 Apr
America's Cup - Oracle Racing win in Court but with collateral damage
Oracle Racing have had another claim against them by a former crew member dismissed. Oracle Racing have had another claim against them by a former crew member dismissed. Mitchell focussed largely on the circumstances of the matter and introduced into the public arena some interesting documents to support his claims.
Posted on 23 Apr
Thou doth protest too much, me thinks
And no, we’re not off to analyse Hamlet right away. There’ll be no surtitles popping up on the top of your screen And no, we’re not off to analyse Hamlet right away. There’ll be no surtitles popping up on the top of your screen about now. At any rate, it is simply an adaptation of Lady Gertrude’s original line. We merely seek to use it as a way to demonstrate that when there is a lot of brouhaha going on, the smoke screen ultimately ends up as a lovely, colourful flag as to the real intent behind it.
Posted on 18 Apr
Children of the Internet, Rio and Hong Kong
I have four daughters, the youngest, who in her mid 20's is a true child of the Internet. I have four daughters, the youngest, who in her mid 20's is a true child of the Internet. The kind of conversations I have with her run along these lines.... In the olden days we did not have television until I left school and they had a thing called print magazines, that reported events between two weeks and four months after they happened. And her sceptical response... Hoh! Daddy, Hoh!
Posted on 14 Apr
Can World Sailing learn from dear old Oz?
Why just lay the drop sheets out and tape up the edges of the windows for a splash of paint Some time ago now, Sail-World proposed that ISAF had a really good opportunity at hand when it morphed into World Sailing (WS). Why just lay the drop sheets out and tape up the edges of the windows for a splash of paint, when you could bring out the jackhammers and do a proper reno??? A call was issued for 200,000 sets of goggles and earmuffs to be supplied and for the real work to be commenced.
Posted on 11 Apr
World Sailing Cup V3 - A Dead Rat in a Shoe or Spring Daffodils?
While a host of major sailing events go from strength to strength, the Sailing World Cup has very major issues. Last night my Irish better half was sitting beside me on the sofa watching an Australian version of the popular TV Cooking Program My Kitchen Rules on a tablet with her headphones while I was watching Diehard II for the seventeenth time (it’s a boy thing) on TV. She suddenly spluttered and laughed, took off her headphones and motioned for me to mute Diehard. (Seriously!!)
Posted on 9 Apr
Lancer Not EqualKilwell - 5T Clewring Cruising