Please select your home edition
Edition
Kilwell - 4

Lagravière claque la manche, Duthil prend le commandement!

by Marie Le Berrigaud Perochon on 16 Jun 2013
Morgan Lagraviere, skipper du Figaro Vendee, vainqueur de la 3eme etape de la Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire 2013 © Alexis Courcoux
Le jeune skipper s'est imposé à Roscoff avec panache : après avoir mené la flotte quasiment depuis le départ de Gijon, Morgan Lagravière (Vendée) a franchi la ligne d'arrivée à 00h 03' 55', avec un bon quart d'heure d'avance sur un groupe de quatre solitaires qui finissaient dans un mouchoir de poche : Nicolas Lunven (Generali), Xavier Macaire (Skipper Hérault), Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012) et Michel Desjoyeaux (TBS)… Mais surtout avec près de deux heures de marge sur Yann Eliès (Groupe Quéguiner - Leucémie espoir)!

Déjà deuxième à Gijon lors de la deuxième étape, Morgan Lagravière remporte pour la première fois une étape de La Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire. Sous les couleurs de la Vendée, le talentueux match-racer a rapidement pris la mesure des spécificités de la course pour sa troisième participation… Cette victoire à Roscoff le propulse aussi sur la deuxième marche du podium, à seulement 29’ 56’’ du nouveau leader au classement général sur trois étapes, Frédéric Duthil (Sepalumic), et à 3’ devant Yann Eliès, grand perdant de cette manche!

En difficulté lors de la première étape avec une quatorzième place à deux heures de Yann Eliès, Morgan Lagravière a construit son retour aux avant-postes dès Porto quand il a fallu revenir par le large pour conclure une deuxième étape pleine de pièges : dans le sillage d’Armel Le Cléac’h (Banque Populaire), le jeune coureur terminait à une belle deuxième place à Gijon et grappillait quelques précieuses minutes sur le leader au classement général, Yann Eliès.

Ce dernier était d’ailleurs moins à l’aise sur ce troisième parcours en direction de la Bretagne puisqu’il débutait mal au large des côtes asturiennes en prenant l’option Ouest. Car quand les calmes prévus dans le golfe de Gascogne s’avérèrent une Arlésienne, ce sont les partisans de l’Est qui s’extirpaient le mieux de la bulle anticyclonique qui barrait provisoirement le passage vers l’île d’Yeu. Morgan Lagravière prenait alors le commandement de la flotte et enroulait en tête l’île vendéenne au milieu de la nuit vendredi.

Il ne quittait le commandement de la flotte que provisoirement au large de Belle-Île quand il fut un des premiers à se recadrer vers le large après le passage d’un front qui faisait monter le vent à plus de 30 nœuds dans les rafales. Sur une mer particulièrement dure avec plus de deux mètres de creux, les solitaires n’eurent pas trop l’occasion de lâcher la barre. Et quand le groupe de tête arrivait sur la pointe de Penmarc’h, les plus au Sud prirent la poudre d’escampette, avec Morgan Lagravière en meneur de meute. Et comme il n’y avait plus de tactique à appliquer et que le vent restait installé au secteur Sud-Ouest pour une quinzaine de nœuds jusqu’à l’arrivée, le jeune coureur s’imposait avec brio.

Derrière le vainqueur de cette troisième étape, la bataille était rude pour l’octroi de la place de dauphin : Nicolas Lunven arrivait à sauver sa position malgré les attaques répétées et constantes depuis Belle-Île de Xavier Macaire 3ème, Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012) 4ème et Michel Desjoyeaux (TBS) 5ème… Cette deuxième place remet le vainqueur de La Solitaire 2009 dans le match pour la dernière étape puisque Nicolas Lunven remonte à la sixième place au classement cumulé !

Mais l’évènement concomitant à l’avarie d’étai de Yann Eliès au large des Glénan est son retrogradage au profit de Frédéric Duthil : les 57 minutes de retard à Gijon ont été compensées par l’heure et demie qu’il gagne à Roscoff ! Sepalumic prend donc le commandement au classement général sur trois étapes avec près d’une demie heure d’avance sur Morgan Lagravière et 32 minutes sur Yann Eliès…

Morgan Lagravière (Vendée), premier à Roscoff : 'C'est avec grand plaisir que je la prends cette étape, surtout avec la manière. J'ai maîtrisé la course du début à la fin, dans des conditions variées, des vents forts, des vents plus faibles... un peu toutes les allures et du coup je pense que c'est une traversée assez complète. Je suis encore plus fier de pouvoir conclure sur une étape comme ça avec la part d'aléatoire qui était présente sur les deux étapes et qui était moins importante sur celle-là. C'était plus une vraie étape comme on a l'habitude d'en voir. C'est mon point fort, je sais faire aller vite un bateau ; avec les années je commence à le faire aller au bon endroit. La combinaison des deux sur cette étape a bien marché, d'autant plus quand il s'agit d'une course où c'est un peu tout droit et où il n'y a pas des options énormes. Ca fait un moment que j'ai fait une croix sur le général avec mon résultat de la première étape. Je prends les étapes une par une, j'essaie de prendre un maximum de plaisir. Il faut trouver du plaisir là où on peut le prendre comme l'étape d'aujourd'hui et on verra bien à la fin si ça se combine pour donner quelque chose de bien'.

Nicolas Lunven (Generali), deuxième à Roscoff : 'Je suis soulagé parce que la fin était tendue. Je suis un peu tombé dans la molle et tous les petits copains sont revenus. C'était une étape complète, du placement, un peu de stratégie, des manœuvres, des changements de voiles. J'ai fait des petites erreurs, mais Morgan n'en a pas fait, en tous les cas moins que moi. Il va très vite. Par moment j'arrive à aller aussi vite que lui, j'arrive même à revenir. Mais c'est vrai qu'il est très fort. Il est très impressionnant.

Sur les deux premières étapes je trouvais que je n'étais pas très incisif sur l'eau, pas très en phase, je ne savais pas trop. Le résultat parle de lui-même mais tout au long de l'étape je me suis senti plus d'attaque sur ma course, sur ma stratégie. Je n'ai pas changé grand chose mais ça a mieux marché!'


Xavier Macaire (Skipper Hérault), troisième à Roscoff : 'Je me suis vraiment senti dans le match du début à la fin de la course, dans le paquet de tête. J'ai été plusieurs fois troisième puis je me suis refait doubler par Fabien et par Michel et j'ai réussi à les doubler à la fin. C'est dans l'ordre des choses. On a joué une fois l'un, une fois l'autre. C'est moi qui prend le dessus à la fin. Il y a eu un sprint à la fin, beaucoup de concentration, beaucoup d'efforts. Au portant sur la fin, j'ai eu un petit plus qui a fait pencher la balance de mon côté.

On a commencé ensemble avec Morgan, on était bizuths la même année. Je me satisfait de me faire plaisir en mer, de faire une belle course et de faire un podium comme ça. C'est super, c'est un accomplissement. C'est la récompense de l'effort qui est savoureuse La Solitaire website

Ensign 660InSunSport - NZPacific Sailing School 660x82 1

Related Articles

Rio 2016 - The Qualification Games - Part 2
Yachting NZ's refusal to nominate in three classes won in the first round of 2016 Olympic Qualification is unprecedented Yachting New Zealand's refusal to nominate in three classes won in the first round of 2016 Olympic Qualification is without precedent. Subject to Appeal, the Kiwis have signaled that they will reject 30% of the positions gained in the ISAF World Sailing Championships in Santander in 2014.
Posted on 22 May
Gladwell's Line - World Sailing changes tack after IOC windshift
Over the past year, we've given the International Sailing Federation (now re-badged as World Sailing) a bit of stick Over the past year, we've given the International Sailing Federation (now re-badged as World Sailing) a bit of stick. Every blow well earned over issues such as the pollution at Rio, the Israeli exclusion abomination plus a few more. But now World Sailing is getting it right.
Posted on 21 May
Rio 2016 - The Qualification Games - Part 1
Antipodean selection shenanigans aside, the Qualification system for the Rio Olympics appears to be achieving its goals Antipodean selection shenanigans aside, the Qualification system for the Rio Olympics appears to be achieving goals set in the Olympic Commission report of 2010. Around 64 countries are expected to be represented in Rio de Janeiro in August. That is a slight increase on Qingdao and Weymouth, but more importantly a full regional qualification system is now in place
Posted on 19 May
Taming the beast-a conversation with Stuart Meurer of Parker Hannifin
While AC72 cats were fast, they difficult to control, so Oracle partnered with Parker Hannifin to innovate a better way. If you watched videos of the AC72s racing in the 34th America’s Cup (2013), you’re familiar with the mind-boggling speeds that are possible when wingsail-powered catamarans switch from displacement sailing to foiling mode. While foiling is fast, there’s no disguising the platform’s inherent instability. Now, Oracle Team USA has teamed up with Parker Hannifin to innovate a better way.
Posted on 18 May
From foiling Moths to Olympic starting lines-a Q&A with Bora Gulari
Bora Gulari’s is representing the USA at the Rio 2016 Olympics in the Nacra 17 class, along with teammate Louisa Chafee. Bora Gulari (USA) has made a strong name for himself within high-performance sailing circles, with wins at the 2009 and 2013 Moth Worlds. In between, he broke the 30-knort barrier and was the 2009 US SAILING Rolex Yachtsman of the Year. His latest challenge is representing the USA at the Rio 2016 Olympics in the Nacra 17 class as skipper, along with his teammate Louisa Chafee.
Posted on 12 May
Concern for Zika at Rio Olympics is now deadly serious
Alphabet soup is one description that has thus far not been used for either Guanabara Bay, Alphabet soup is one description that has thus far not been used for either Guanabara Bay, or the Rio Olympics. Many others have, and they were apt, but things have changed. So here now we have a situation where one man, Associate Professor Amir Attaran, who does have a more than decent string of letters after his name, is bringing nearly as many facts to bear as references at the article's end
Posted on 12 May
The importance of being Alive
Since buying the stunningly pretty Reichel-Pugh canting keel 66-footer, and re-naming her Alive, Since buying the stunningly pretty Reichel-Pugh canting keel 66-footer, and re-naming her Alive, the team have lined up for a lot of things, won plenty and nabbed a record, as well. She’s presently in a yard in the Philippines having a minor refit in readiness for the Australian season. It will commence with the upcoming Brisbane to Keppel and then head sharply into this year’s Hobart.
Posted on 10 May
Hoisted on their own petard
Now it was not that long ago that we wondered if there were some genuinely Shakespearean elements beginning to appear... Now it was not that long ago that we wondered if there were some genuinely Shakespearean elements beginning to appear in World Sailing’s premier event, the Sailing World Cup. In that time, a flurry of material has espoused all manner of joyous points including travel grants and prize money. That’s terrific and the hope is that somehow this will overcome the tyranny of distance for Melbourne
Posted on 9 May
Zhik - The brand born of a notion, not its history
here is probably every reason that ocean rhymes with notion. Zhik’s tagline is officially marketed as Made For Water There is probably every reason that ocean rhymes with notion. Zhik’s tagline has been officially marketed as Made For Water, and this is precisely what the company has done for the last eight years before the succinct and apt strapline came from out of R&D and into mainstream visibility.
Posted on 8 May
So, thou doth protest too much, me thinks
And no, we’re not off to analyse Hamlet right away. There’ll be no surtitles popping up on the top of your screen And no, we’re not off to analyse Hamlet right away. There’ll be no surtitles popping up on the top of your screen about now. At any rate, it is simply an adaptation of Lady Gertrude’s original line. We merely seek to use it as a way to demonstrate that when there is a lot of brouhaha going on, the smoke screen ultimately ends up as a lovely, colourful flag as to the real intent behind it.
Posted on 4 May